Évaluer la performance de l’action sociale: Comprendre le processus, construire les indicateurs PDF

ESH : « L’étude des problèmes économiques suppose une bonne connaissance des acteurs qui interagissent au sein d’une économie. Le cours d’une élève : docx, pdf. ESH : « Les entreprises sont à l’origine des mutations du système productif en même temps qu’évaluer la performance de l’action sociale: Comprendre le processus, construire les indicateurs PDF sont transformées par les évolutions économiques et sociales. La concentration industrielle est-elle toujours un obstacle à la concurrence ?


La performance gagne le secteur social. Leitmotiv :  » moins de dépenses publiques pour une meilleure qualité de service « . Conséquence ou effet inattendu, le diktat du résultat immédiat s’impose et la donnée quantifiable – ou la séquence choc – devient la référence. Dangereuse approche de la performance sociale : à ne considérer que les morceaux choisis, ce sont des pans entiers de la réalité sociale que l’évaluation aseptise. Transposables aux nombreux domaines de l’action sociale et praticable à ses différents niveaux, la méthode présentée dans ce livre propose au contraire de donner de l’humanité à l’évaluation, de la rendre participative dans la recherche des conditions de réussite de l’action. L’ouvrage offre : plusieurs applications concrètes : évaluation des politiques sociales et de leurs dispositifs (contrats urbains de cohésion sociale, programmes de réussite éducative, etc.), évaluation de l’action sociale des Caf, évaluation des centres sociaux ; une analyse des notions, sous forme de lexique, apportant un supplément d’éclairage sur les appuis méthodologiques et les outillages proposés.

On étudiera les formes et les fonctions de la monnaie, le processus de création monétaire et les différents modes de financement de l’économie sans analyser précisément les politiques monétaires qui seront traitées en seconde année. La croissance moderne peut s’analyser comme un processus relativement progressif ou comme l’œuvre de ruptures. The Implications of Learning by doing », The Review of Economic Studies. Expansion and Employment », The American Economic Review. An Essay in Dynamic Theory », The Economic Journal. A Model of Economic Growth », The Economic Journal. On the Mechanics of Econonomic Development », Journal of Monetary Economics.

Increasing Returns and Long-Run Growth », The Journal of Political Economy. Endogenous Technological Change », The Journal of Political Economy. On étudiera la notion de développement en s’interrogeant sur les stratégies qu’il est possible de mettre en œuvre. Au-delà de la typologie des cycles, on s’interrogera sur la mesure des fluctuations et sur leur chronologie. On soulignera le rôle des crises comme facteur de rupture et de démarrage des cycles. On présentera l’évolution des échanges des biens et services, des mouvements de facteurs de production et des politiques commerciales depuis le XIXe siècle. On mettra en évidence les spécificités des phénomènes contemporains, notamment le rôle des institutions internationales et le poids croissant des firmes multinationales dont il conviendra d’étudier les stratégies.

A quels changements les grandes entreprises capitalistes ont-elles dû procéder pour se développer dans l’économie mondiale ? En vous aidant de l’analyse économique et historique, vous apprécierez le rôle de la concentration des entreprises dans le développement économique depuis le milieu du XIXème siècle. On mobilisera et on confrontera données factuelles et théories économiques pour traiter les questions de l’explication du contenu des échanges, des déterminants de la spécialisation, du choix entre libre-échange et protectionnisme. La mondialisation explique-t-elle principalement le rattrapage des pays émergents ? La dotation en facteurs explique-t-elle l’évolution de la spécialisation internationale des nations ?

Ohlin : « L’échange international est un échange de facteurs abondants contre des facteurs rares ». On analysera les différences de performances commerciales entre nations et les effets de la mondialisation en termes d’emploi et de répartition. La mondialisation peut-elle expliquer les mauvaises performances économiques et sociales des pays ? Le protectionnisme a-t-il de l’avenir dans une économie de plus en plus internationalisée ? Le libre échange est-il facteur de croissance ? List : « Le protectionnisme est notre voie, le libre-échange est notre but ».