Algérie : De la guerre à l’indépendance 1957-1962 PDF

La reddition d’Abd el-Kader, le 23 décembre 1847 par Régis Augustin. Dès 1830, la conquête de l’Algérie est accompagnée d’une colonisation de peuplement : les militaires français deviennent des colons en s’installant et algérie : De la guerre à l’indépendance 1957-1962 PDF le territoire conquis.


Prenant des risques, allant à la rencontre des forces de l’ALN, approchant au plus près les heurts entre les communautés, suivant les voyages du général de Gaulle et les mouvements de liesse après les accords d’Evian, les jeunes talents de la prestigieuse Agence Magnum Photos ont porté leurs regards aiguisés sur une guerre qu’on appelait alors pudiquement les « événements d’Algérie ». Cet ouvrage présente les dernières années de la guerre d’Algérie, de 1957 à 1962, à travers les reportages de Kryn Taconis, Erich Lessing, Marc Riboud, Nicolas Tikhomiroff, Raymond Depardon… Il fallait que ces photographies exceptionnelles croisent le regard de l’historien : Jean-Jacques Jordi nous éclaire sur le contexte dans lequel ces reportages ont été réalisés. En interrogeant le photographe sur ses choix et la manière qu’il a eue de privilégier un événement plutôt qu’un autre, il nous permet de replacer ces événements dans l’Histoire et de mieux les comprendre.

Carte chronologique de la conquête et de la formation territoriale de l’Algérie. Avant la conquête française de 1830, les régences d’Alger et de Tunis font nominalement partie de l’Empire ottoman. Bombardement d’Alger commandé par l’amiral britannique Lord Exmouth le 27 août 1816. Elle est dirigée par le dey d’Alger, vassal du sultan de l’Empire ottoman. La régence est en déclin depuis le début des guerres napoléoniennes qui limitent le commerce en Méditerranée. Les revenus du dey d’Alger baissent et se retrouvent gravement compromis.

Pour compenser la perte des revenus maritimes et du commerce, celui-ci accroît la pression fiscale, mal supportée par la paysannerie. Europe de l’Est, et la chute de l’Empire français a privé la régence d’Alger d’un grand importateur. La crise sociale déclenche une crise politique, le dey d’Alger semble contesté par les beys. L’implosion intérieure est effective dans les années 1820. Un blocus maritime est mis en place. L’invasion est conseillée par Polignac, afin de sauver la situation intérieure française. Charles X était à court de trésorerie et la colère du peuple parisien menaçait, dès lors, l’immense pactole que constituait la fortune du Dey d’Alger attirait sa convoitise et celle de quelques aventuriers.

Charles X saisit alors l’occasion pour monter une expédition punitive sur les côtes algériennes. Cette opération militaire doit lui permettre de détourner l’attention de l’opinion publique face aux difficultés intérieures. Busnach et Jacob Bacri, proposent au Directoire de ravitailler en blé l’armée française. Les caisses du Directoire sont vides et le paiement est ajourné.

Une fois au pouvoir, Napoléon repousse à la fin de la guerre le paiement de ses créances. Le dey refusant de présenter ses excuses, l’affaire est considérée par la France comme un casus belli entraînant l’envoi d’une escadre pour opérer le blocus du port d’Alger. L’escalade diplomatique conduira à l’expédition d’Alger. En juin 1827, le gouvernement français envoie deux missions à Alger, la première est chargée d’évacuer le consul Deval ainsi que tous les ressortissants français d’Alger, la seconde doit adresser un ultimatum au dey d’Alger.