Circuits de correction de facteur de puissance PDF

La plupart des amplificateurs fonctionnent  à gain fixe , c’est-à-dire que le rapport d’amplification circuits de correction de facteur de puissance PDF le signal d’entrée et le signal de sortie est constant. Le niveau du signal d’entrée doit alors être ajusté par un ou plusieurs étages préamplificateurs, afin d’éviter la saturation de l’ampli.


Le monde de l’électronique de puissance qui se rapporte au domaine industriel (comme les entrainements des moteurs à courant continu et alternatif, les différents chargeurs de batterie, etc.) est en pleine évolution. Une grande partie des équipements prélève leur énergie par l’intermédiaire d’un redresseur, plus ou moins sophistiqué. Cependant, la conversion est souvent accompagnée d’une décadence atteignant l’alimentation et se manifestant au niveau des formes d’onde des courants consommés ce qui produit le fait que le courant consommé par l’ensemble n’est pas toujours sinusoïdal ni en phase avec la tension vu que les redresseurs se comportent comme une charge non linéaire vis-à-vis du réseau d’alimentation. Donc, le «Facteur de Puissance» (FP) n’est pas unitaire. La présence d’harmoniques dans le réseau d’alimentation peut, d’une part, être la source d’un mal fonctionnement d’appareils connectés au même réseau comme des perturbations mécaniques des entraînements électriques et l’existence de couples pulsatoires, et provoquer, des risques de surtension dûs au phénomène de résonance. Les techniques d’amélioraiton du facteur de puissance seront alors primordiales.

Ces étages ont un gain réglable, ils permettent d’ajuster le niveau du signal avant son amplification, donc le volume final. Une correction de la tonalité, un réglage de la balance et un réglage du volume peuvent être introduits dans cette section. Toutefois un  ampli de puissance  présente une impédance de sortie très faible si bien qu’il est en mesure de délivrer une puissance importante si nécessaire. L’alimentation d’un ampli doit permettre de fournir des tensions stables alors même que le courant varie fortement et rapidement. Article détaillé : Classes de fonctionnement d’un amplificateur électronique.

Il existe plusieurs grands types de schémas génériques pour réaliser les étages d’amplification. L’absence de commutation entre les alternances positives et négatives évite la distorsion harmonique associée. Le faible rendement de cette topologie la réserve à des étages de puissances modérées. Classe B : Le circuit classe B utilise au minimum 2 transistors en  push-pull  symétrique : Un composant traite l’alternance positive, l’autre l’alternance négative du signal. Le rendement est meilleur qu’en classe A.