Dictionnaire de l’anglais économique, commercial et financier : anglais-français, français-anglais PDF

Royaume-Uni en l’empêchant de commercer avec le reste de l’Europe, engagée par le décret de Berlin en novembre dictionnaire de l’anglais économique, commercial et financier : anglais-français, français-anglais PDF. Lors de la signature de la paix d’Amiens entre la France et le Royaume-Uni, la France napoléonienne se trouve quasiment au sommet de sa gloire.


Ce dictionnaire d’environ 85 000 mots et expressions a été élaboré par une équipe d’économistes et de linguistes, enseignants et chercheurs en grandes écoles.

Il présente :

– le vocabulaire général de la macro-économie et de la micro-économie;

– celui des secteurs professionnels – banque, bourse, finance-comptabilité, marketing, transport etc. – et des activités qui y concourent;

– toute la terminologie récente et néologismes nés de la mondialisation de l’information et des échanges, de l’émergence de nouveaux concepts et de nouvelles pratiques, des évolutions juridiques et technologiques.

On y trouvera ainsi des termes comme demerger, e-tailing, profit-warning, home-based work, to marketize, rogue state, EBITDA, NOPAT, PFI, cœur de métier, entreprenaute, webmastre, financiarisation, agriculture pérenne, commerce équitable, pacte de stabilité, vente croisée, ADP, RTT, SRU etc.

– le vocabulaire et les idiomes présentés dans la presse, les médias et les ouvrages spécialisés qui véhiculent l’information économique et commerciale;

– les variantes britanniques et américaines;

– des définitions et explications.

C’est donc un outil efficace pour toutes celles et pour tous ceux qui pratiquent, dans les états-majors et sur le terrain, la langue internationale de l’économie et du commerce.

La rupture de la paix, généralement attribuée au Royaume-Uni, change largement la donne. Le Royaume-Uni en effet s’empare à nouveau des colonies françaises, détruit quasi-totalement la flotte française à Trafalgar et s’assure la maîtrise des océans. Royaume-Uni de ses alliés et en déplaçant le combat sur les domaines financier et commercial. Dès 1806, les ports français ainsi que les embouchures de l’Ems, du Weser et de l’Elbe sont fermés aux marchandises britanniques.