Dictionnaire de Morale Et de Litterature: Ouvrage Factice, Forme D’Extraits de Ses Oeuvres… PDF

Au cours de sa brève carrière, elle écrit des romans, des traités, un récit de voyage, une histoire de la Révolution française et un livre pour enfants. Pour le grand dictionnaire de Morale Et de Litterature: Ouvrage Factice, Forme D’Extraits de Ses Oeuvres… PDF et, plus particulièrement, pour les féministes, la vie de Mary Wollstonecraft attire plus l’attention que son œuvre.


En effet, ses relations sentimentales, souvent tumultueuses, n’ont que rarement été conformes aux conventions. Ce livre révèle au public le style de vie peu orthodoxe de son épouse et, du même coup et sans malice, met à bas la réputation de l’auteur pour près d’un siècle. Mary Wollstonecraft prend de plus en plus d’importance. Aujourd’hui, elle apparaît comme l’une des fondatrices de la philosophie féministe, et sa vie, tout comme son œuvre, sont désormais reconnues par les féministes avec la considération que mérite leur influence. Mary Wollstonecraft naît le 27 avril 1759 dans le quartier de Spitalfields à Londres. Bien que sa famille soit alors aisée, les hasards spéculatifs de M.

Le père se voit même obligé de contraindre sa fille à lui remettre les sommes dont elle devrait jouir à sa majorité. En outre, c’est un homme violent qui, sous l’emprise de la boisson, bat son épouse. Ce rôle protecteur, elle le joue aussi sa vie durant envers ses sœurs Everina et Eliza. Ainsi, lors d’un épisode fondateur survenu en 1784, elle parvient à convaincre Eliza, sans doute victime d’une dépression post-partum, de quitter mari et enfant. Deux amitiés, vécues à l’adolescence, marquent l’entrée de Mary dans le monde adulte.

La première la lie à Jane Arden, de Beverley, compagne de lecture et d’étude. Les deux jeunes filles suivent alors les conférences de M. Mary s’épanouit dans l’atmosphère intellectuelle de ce foyer et vit cette amitié si intensément qu’elle en devient possessive. La seconde amitié, plus importante encore, concerne Fanny Blood, présentée par les Clare de Hoxton, pour elle une seconde famille. Mary Wollstonecraft quitte le domicile familial qu’elle ne supporte plus en 1778, pour devenir demoiselle de compagnie chez Mme Sarah Dawson, veuve acariâtre résidant à Bath, avec qui la vie est difficile. Après le décès, plutôt que de reprendre son emploi, elle s’installe chez les Blood pour deux ans. Leur fréquentation, cependant, finit par lui faire prendre conscience qu’elle les a idéalisés et qu’elle ne partage pas leur vision conventionnelle de la condition féminine.