Feu pâle PDF

Le feu follet est une manifestation lumineuse ayant l’apparence d’une petite flamme. Connue et décrite depuis longtemps, cette manifestation fut longtemps uniquement vue comme celle d’esprits malins et d’âmes en peine venues sous feu pâle PDF de petites flammes hanter les forêts désertes, les marécages et les cimetières, et fit l’objet d’un folklore important, tant sur l’origine de ces esprits que sur les façons de s’en débarrasser. Un feu follet peut apparaître sous la forme d’une lueur pâle de couleur bleutée, parfois jaunâtre ou vermillon, en forme de flammèche flottant dans l’air à une faible hauteur au-dessus du sol ou de l’eau.


Préface de Mary McCarthy traduite de l’anglais par René Micha

La lumière est plus ou moins diffuse, vacillante et brève. Certains feux follets pourraient persister dix à trente secondes, voire exceptionnellement plusieurs minutes. D’après une explication scientifique, avec le drainage et la régression des zones humides et des forêts inondées, ainsi que l’enterrement des morts dans les cercueils, il est probable que les feux follets soient devenus plus rares. L’absence de phénomène de combustion ou brûlure visible laisse penser qu’il s’agit plutôt d’une lumière froide de type phosphorescence, qu’une flamme véritable. Le phénomène pourrait dans certains cas avoir été confondu avec un phénomène électrique de type électricité statique, feu de Saint-Elme ou foudre en boule. Un folklore abondant est associé aux feux follets et ce, dans toutes les régions du monde où les manifestations lumineuses se sont produites.

Dans le marais du Yeun Elez, au cœur des Monts d’Arrée, ils sont probablement à l’origine de la légende des  Portes de l’enfer . Les feux follets du lac de Sewen, fréquents par temps chaud et humide, ont contribué à la légende selon laquelle le lac serait hanté par le fantôme d’un fermier frappé par la foudre un soir d’orage. Ils apparaissent dans les zones de tourbière et sont en réalité le résultat de dégagements gazeux principalement de méthane. Les feux follets sont vus au pays de Galles comme des esprits revenus chercher un parent sur le point de mourir, et la taille de leur flamme correspond à l’âge de la personne concernée : si le feu follet est tout petit, il annonce la mort d’un enfant. Les Danois, Finnois, Suédois, Estoniens et Lettons, parmi d’autres, croyaient que les feux follets marquaient l’emplacement de trésors cachés dans le sol ou sous l’eau, et que celui-ci ne pouvait être trouvé que si on le déterrait lorsque la flamme se manifeste. En Finlande et dans d’autres pays, le milieu de l’été était réputé être la meilleure période de l’année pour se mettre en quête de feux follets et de trésors. Une des explications de cette légende est qu’il s’agit de feux follets.