Formation professionnelle : Réformes de 1971 : succès ou échec ? PDF

Les Scouts de France, association française créée en 1920 et dissoute en 2004, a été le principal mouvement de scoutisme en France. A la suite du succès des Boys Scouts fondés par Baden Powell en Angleterre en 1907, le père Jacques Sevin fonde en 1920 les Scouts de France. Le mouvement est alors d’un catholicisme traditionnel, et sa pédagogie s’appuie sur les enseignements de Baden Formation professionnelle : Réformes de 1971 : succès ou échec ? PDF complétés par le père Sevin. Dans la suite des réformes portées au concile Vatican II, la pédagogie est profondément revue, notamment sous la conduite de François Lebouteux.


Les Français sont allergiques à la réforme ! La cause est entendue ! L’auteur se base sur sa propre expérience pour affirmer le contraire. Sa démonstration, il la conduit en prenant le  » cas  » particulier des lois de 1971 sur la formation professionnelle. L’auteur fait la démonstration qu’il est possible de réformer par la prise en compte des réalités, par la qualité des relations avec les
partenaires, par la démarche qui fait de la loi l’outil et non l’objectif. Il note au passage les oppositions, les freins, les jeux traditionnels des bureaucraties… Ces obstacles – surmontés un moment par un pouvoir politique affichant des objectifs clairs, des partenaires très associés au projet, des acteurs se sachant reconnus – renaissent sans cesse pour biaiser la mise en œuvre, pour dénaturer le projet, le vider de son contenu. La réussite se transforme alors en un demi-échec… ou une demi-réussite, et ne fait pas école. L’auteur rappelle comment les fenêtres ouvertes en 1971 sur des politiques de l’emploi et de la formation modernes, adaptées aux
évolutions du monde économique et aux aspirations sociales, ont été refermées pour revenir au traitement bureaucratique du chômage… Au terme de ce livre, l’échec de nombre de réformes ne surprend pas. Agir dans un domaine difficile exige du professionnalisme, de la constance, le respect des milieux concernés…

En 1981, à la suite de l’échec du rapprochement avec les Guides de France, le mouvement s’ouvre à la coéducation. Il incite ses jeunes membres à l’auto-éducation par la pédagogie spécifique du scoutisme dans un but de développement de la personnalité et de sociabilité active. En 2004, la fusion du mouvement avec les Guides de France est finalement décidée, par décision des assemblées générales des deux associations. La structure administrative des Scouts de France est alors dissoute dans l’association Scouts et Guides de France. Portrait de Lord Baden-Powell, fondateur du scoutisme. Août 1920 : premier camp de Scouts de France, avec les Éclaireurs de France et les Éclaireurs unionistes, sous la direction du général de Maud’huy. 1921 : quinze Scouts de France participent au jamboree de Richmond Park.

1922 : de même que des groupes scouts s’étaient créés spontanément en France dans les années 1910, des groupuscules rattachés à des paroisses ou à des patronages se forment spontanément çà et là et mettent en application les méthodes du scoutisme. Juillet 1922 : 600 scouts et 30 louveteaux participent au premier camp national Scouts de France, à Chamarande. 1924 : 10 000 scouts catholiques partent à Rome rencontrer le pape Pie XI, à qui ils réservent une ovation de 10 minutes. Les scouts de France sont 8 000. 1927 : reconnaissance de l’association comme étant une association d’utilité publique par le gouvernement français.

1929 : 50 000 scouts se rassemblent au jamboree de Birkenhead. Parmi eux 2 500 Français, dont 1 500 Scouts de France. Un an plus tard, les scouts de France sont 24 000. Seconde Guerre mondiale : on compte 72 000 scouts de France avant la guerre. Sous l’occupation Allemande, les mouvements de scoutisme sont interdits.

Cela ne les empêche pas de perdurer. 24, 25 et 26 septembre 1940 : naissance de la Fédération du scoutisme français. Les mouvements de scoutisme se réunissent à l’Oradou, près de Clermont-Ferrand, et créent la  Charte de L’Oradou, qui fédère les associations féminines et masculines, mais respecte l’identité de chacun. C’est la première fois qu’un jamboree mondial, une délégation allemande y est discrètement accueillie par les SDF. 1961 : le mouvement est à son apogée et compte 141 000 membres.