Hieronymus Bosch. L’ oeuvre complet PDF

Son père, Anthonius, installe en 1462 l’atelier familial dans une maison située sur le côté est de la grand-place et baptisée, en l’honneur de son saint patron, In Sint Thoenis. 1480, Jheronimus travaille sans doute dans l’atelier familial, dirigé par Goessen depuis la mort d’Anthonius vers hieronymus Bosch. L’ oeuvre complet PDF. 1478 avec une riche aristocrate, Aleid van de Meervenne, qui lui assure une aisance financière et un statut social sensiblement plus élevé, il acquiert la maison In den Salvator, sise au nord de la grand-place.


Symboles, monstres et morale d’un artiste néérlandais radical

Un oiseau monstrueux dévorant des hommes pécheurs, des corps nus dans des contorsions obscènes, une paire d’oreilles brandissant une lame aiguisée, autant de détails cauchemardesques et de motifs picturaux fantastiques qui ont assuré à Jérôme Bosch (vers 1450-1516) une place essentielle dans l’histoire de l’art. Plus de 500 ans après sa mort, ses extraordinaires visions continuent de fasciner chercheurs, artistes, designers et musiciens.

Cette édition TASCHEN grand format présente l’oeuvre complet de Bosch et rend hommage à la stupéfiante envergure de ses compositions aussi bien qu’aux détails les plus étranges et intrigants de ses peintures, grâce aux reproductions en pleine page ou sur une page dépliante, comme dans le cas du Jugement dernier, et aux nombreux agrandissements. Avec l’historien d’art et expert reconnu de Bosch Stefan Fischer pour guide, le livre permet d’apprécier tous les éléments passionnants qui peuplent chaque scène, des créatures hybrides moitié humaines moitié animales aux représentations torturées du corps, en passant par les illustrations ironiques des proverbes et expressions. Une attention particulière est accordée au plus célèbre tableau de Bosch, son fascinant et terrifiant tryptique du Jardin des délices.

Il s’agit d’une association religieuse consacrée au culte de la Vierge, dont il devient le peintre attitré. Il prend ainsi l’ascendant au sein de l’atelier familial, qu’il finit par diriger après la mort de Goessen en 1497. Il s’agit du premier document dans lequel le peintre est désigné par le surnom  Bosch , forgé sur la base du nom néerlandais de Bois-le-Duc, au moment où il acquiert une réputation internationale. Resté à Bois-le-Duc, le peintre travaille alors aussi bien pour la clientèle locale que pour la cour bruxelloise.

Il meurt sans descendance en août 1516, probablement de la peste qui emporte également son neveu Anthonis. Visions de l’au-delà : L’Ascension des élus. Les trois seules œuvres de Jérôme Bosch présentes en Italie se trouvent à Venise, où le peintre aurait pu séjourner entre 1499 et 1502. Contrairement aux deux autres œuvres, ce dernier ensemble n’est pas signé. Un membre de l’Illustre Confrérie de Notre-Dame.