Histoire culturelle de l’Allemagne (1919-1960) PDF

En effet, l’histoire culturelle a un champ d’étude étendu et varié. L’histoire culturelle a comme méthode d’histoire culturelle de l’Allemagne (1919-1960) PDF de privilégier des objets culturels et des phénomènes de médiation des biens et des objets culturels. Comme c’est une discipline de circulation, ses différents domaines de recherches montrent l’élargissement du champ d’étude de l’historien qui aborde alors ses objets avec d’autres approches : histoire culturelle du politique, cultures de guerre, etc. L’histoire culturelle a un champ de délimitation plus étendu que les autres disciplines, c’est une histoire fractionnée qui regroupe plusieurs pratiques historiennes.


Dupeux étudie la culture au sens large. Il apporte un regard neuf sur la nature et certaines pratiques du nazisme, l’attitude des Eglises face aux nazis, les positions des communistes sur la question nationale, le clivage qui sépare une culture nationale d’exclusion et l’ouverture au monde. « Copyright Electre »

De plus, comme il est écrit plus haut, c’est une discipline née au confluent de plusieurs autres. Costumes, sociabilités, représentations, autant d’objets d’étude de l’histoire culturelle. Dans cette lignée, François Guizot publie dans les années 1830 son Histoire générale de la civilisation en Europe. 1960, l’intérêt pour l’histoire populaire s’accroit : les frontières de l’histoire culturelle s’étendent au-delà de la culture de l’élite.

Dans les années 1980, développement de la New Cultural History, née aux États-Unis. Le point commun des différentes  historiographies nationales  de l’histoire culturelle est que celle-ci se situe au carrefour de différentes disciplines : anthropologie, psychologie collective, psychanalyse, etc. Lamprecht s’inspire de la Völkerpsychologie, concept porté par Wilhelm Wundt. Cette discipline, regroupant les sciences sociales, apporte à l’histoire culturelle sa dimension psychologique. Les historiens américains, en particulier, sont influencés par l’histoire française : ils étudient beaucoup la France car le français est la seule langue étudiée au lycée et l’université, et de plus, ils ont des relations particulières avec Paris. En France, on tarde à parler d’ histoire culturelle  bien que celle-ci se retrouve déjà en filigrane dans l’Ecole des Annales qui rejette l’histoire politique et l’histoire bataille tant affectionnée par les historiens français.

Il faut attendre la fin des années 60 pour que cette discipline prenne le nom d’  histoire culturelle  avec des auteurs comme Alphonse Dupront, Robert Mandrou, Roger Chartier et Daniel Roche. Dans les années 80, Roger Chartier joue un grand rôle dans le rayonnement de l’histoire culturelle française aux États-Unis. Il participe à des débats, des colloques Outre-Atlantique portant notamment sur l’histoire intellectuelle. L’affirmation de l’histoire culturelle a été pour certains historiens une stratégie visant à sortir des paradigmes d’une l’histoire économique et sociale fortement colorée par des approches sérielles. Le déclin du marxisme et des pensées du déterminisme socio-économique en général a accéléré ce processus. Cette histoire culturelle participe pleinement des échanges internationaux. Ainsi, plusieurs sites internet permettent aux historiens de découvrir et étendre le champ et les avancées de cette discipline.

Enfin, le site l’Association pour le développement de l’histoire culturelle, permet aux historiens et curieux de se tenir au courant des nouvelles publications, recherches et colloques concernant l’histoire culturelle. Il met à disposition une bibliographie courante. L’histoire culturelle, de par cette internationalisation, se renouvelle. Ainsi, le concept de New Cultural History est né dans les années 1980 aux États-Unis. Néanmoins, elle a évolué et aborde des thèmes nouveaux : calendriers, violence, sexualité, émotions, histoire de la mémoire, classe et genre, identité individuelle, etc. L’histoire culturelle ne cesse d’évoluer car la culture elle-même n’est pas figée. American cultural studies : an introduction to American culture, London, 1999.