L’énergie bleue : Une histoire de la fusion nucléaire PDF

Le site de Marcoule a vu naître non seulement les applications industrielles et militaires du plutonium en France, mais aussi la production civile d’électricité d’origine nucléaire. En 1948 est construit au sud de Paris dans le fort de Chatillon le premier réacteur nucléaire français, la pile Zoé, sous la l’énergie bleue : Une histoire de la fusion nucléaire PDF de Frédéric Joliot-Curie. 1955 le centre de production de plutonium de Marcoule dans le but de délocaliser cette activité militaire, confidentielle et hautement dangereuse. C’est sur le site de Marcoule que furent construits les réacteurs nucléaires à usage militaire pour la fabrication du plutonium nécessaire à la bombe atomique de la force de dissuasion nucléaire française.


La France a gagné la bataille d’Iter. Elle aura le premier réacteur de fusion nucléaire. Aura-t-elle maîtrisé l’énergie des étoiles ? Dans ce livre, Guy Laval nous explique ce qu’est la fusion nucléaire. Comment elle est l’application d’une nouvelle branche de la physique, la théorie des plasmas. Et comment les plasmas sont un état primitif de la matière où prédominent les forces électromagnétiques. Il décrit les difficultés considérables, théoriques et pratiques, qu’il a fallu surmonter pour arriver à ce réacteur expérimental. Et celles, non moins redoutables, qu’il faudra résoudre avant que nous sachions transformer les composants de l’eau en source d’énergie.

Dans les années 1990, le site de Marcoule s’est porté candidat pour la réalisation d’un laboratoire souterrain de stockage des déchets radioactifs, mais c’est en Lorraine que sera construit le laboratoire de Bure. Centraco : centre de traitement et de conditionnement des déchets radioactifs. Avec l’arrêt définitif du dernier des réacteurs Célestin en 2009, le site n’abrite plus d’installation de type militaire. Le réacteur Phénix a cessé définitivement son fonctionnement en 2009. Il est actuellement impossible de neutraliser la radioactivité, seul le temps la fait diminuer progressivement. Les études de conditionnement et entreposage de longue durée sont menées principalement à Marcoule. La voie retenue actuellement est de creuser des galeries à flanc de colline.

Selon le CEA, les déchets seraient entreposés pour 300 ans maximum. Il ne s’agirait donc que d’une solution temporaire mais qui s’étendrait sur des périodes séculaires, au prix d’une surveillance et d’une maintenance constante. Le site de Marcoule est pressenti pour accueillir un tel centre d’entreposage, d’autres lieux seront probablement concernés ailleurs en France. La radioactivité n’est pas neutralisée par un traitement thermique, seul le temps la fait diminuer progressivement. Toutefois, le traitement thermique des déchets radioactifs permet d’améliorer le conditionnement et de réduire leur volume. Socodei traitant les déchets métalliques et les déchets combustibles.