L’image à la fin du Moyen Age PDF

L’école maternelle a pour finalité d’aider chaque enfant, selon des démarches adaptées, à devenir autonome et à s’approprier des connaissances et des compétences afin de réussir au cours préparatoire les apprentissages fondamentaux. L’objectif essentiel l’image à la fin du Moyen Age PDF l’école maternelle est l’acquisition d’un langage oral riche, organisé et compréhensible par l’autre. En répondant aux divers besoins des jeunes enfants qu’elle accueille, l’école maternelle soutient leur développement.


Le présent volume termine la grande synthèse de Jean Wirth sur l’image médiévale, commencée en 1999 avec L’Image à l’époque romane, suivie en 2008 par L’Image à l’époque gothique. Il couvre l’évolution de l’image depuis la fin du XIIIe siècle jusqu’à l’iconoclasme de la Réforme. Le point de départ en est donné par la révolution giottesque de la construction picturale : un intérêt croissant pour la représentation des apparences sensibles débouche en effet, chez Giotto et ses contemporains, sur l’invention d’une perspective non mesurée qui se diffuse dans toute l’Europe occidentale et bouleverse les structures narratives, tandis que se met en place le portrait au sens moderne du mot, c’est-à-dire la représentation des traits physiques particuliers d’un personnage. Bien que les gains d’expressivité de l’image se traduisent par un « réalisme », au sens vulgaire du mot, ils visent à rendre le surnaturel palpable et sont mis au service d’une dévotion bigarrée, mêlant les apparitions au quotidien, l’exhibition des richesses aux prouesses d’ascétisme, le puritanisme à l’érotisation des saints. Le système iconographique pousse à l’extrême les polarités préexistantes. La Vierge, reine des cieux et symbole de l’Eglise, est devenue une quasi-déesse, éternellement jeune, et le Christ, sanglant et asexué, un étrange objet de désir et de compassion. Les images se diversifient en faisant une place croissante aux saints, protecteurs des communautés et des individus, tandis que l’iconographie des pouvoirs séculiers commence à prendre ses distances avec le symbolisme religieux. Mais l’illusionnisme croissant des images est devenu source de méfiance, l’extravagance et la vénalité de leur culte inquiétant toujours davantage. Face aux critiques, les peintres flamands et florentins du XVe siècle promeuvent un art sévère et digne, en harmonie avec une dévotion disciplinée. En Allemagne, où ces efforts n’ont pas abouti, les oeuvres d’art qui remplissent les églises sont perçues comme les idoles et le faire-valoir d’un clergé détesté, de sorte que leur destruction accompagne son abolition par la Réforme. Ce n’est pas la fin du règne des images, bien au contraire, mais, à partir de ce moment, l’image cesse d’être en soi un phénomène artistique et son étude relève de moins en moins de l’histoire de l’art.

Elle élargit leur univers relationnel et leur permet de vivre des situations de jeux, de recherches, de productions libres ou guidées, d’exercices, riches et variés, qui contribuent à enrichir la formation de leur personnalité et leur éveil culturel. Elle stimule son désir d’apprendre et multiplie les occasions de diversifier ses expériences et d’enrichir sa compréhension. Les activités proposées à l’école maternelle doivent offrir de multiples occasions d’expériences sensorielles et motrices en totale sécurité. Le projet d’école est le moyen de garantir la continuité nécessaire entre l’école maternelle et l’école élémentaire dont la grande section, classe de l’école maternelle mais aussi première année des apprentissages fondamentaux, est la charnière. Il est conçu et mis en œuvre en liaison avec l’école élémentaire et peut être commun aux deux écoles. La participation effective des parents au projet d’école et plus largement à la vie de l’école est recherchée.

La mise en œuvre du programme doit prendre en compte les étapes et le rythme du développement de l’enfant. L’école maternelle a un rôle essentiel dans le repérage et la prévention des déficiences ou des troubles, rôle qu’elle doit assumer pleinement, en particulier pour les troubles spécifiques du langage. Le langage oral est le pivot des apprentissages de l’école maternelle. L’enfant s’exprime et se fait comprendre par le langage.