L’oeil du prince PDF

Le trompe-l’œil est un genre pictural destiné à jouer sur la confusion de la perception du spectateur qui, sachant qu’il est devant un tableau, une surface plane peinte, est malgré tout, trompé sur les moyens d’obtenir cette illusion. Une des premières entreprises de la peinture étant de figurer d’abord sur des murs, puis des toiles, des images de notre environnement, cette figuration a mené à des lois de perspective et développé une technicité l’oeil du prince PDF qui reste une des grandes directions de l’art. Jeu de séduction et de confusion du spectateur, le trompe-l’œil a porté très évidemment son choix plus volontiers vers des sujets inanimés ou statiques. Nature morte avec tante Iza, peinture en trompe-l’œil par Tomek Steifer, 2006.


«Éros dans l’iris ! Le cinéma est mort ? Vive Hitchcock – avec qui, personnellement, au mépris de la métaphysique, j’ai appris à rire rouge ! Vive Bresson ! Vive Renoir ! Vive Welles ! Vive Lubitsch ! Vive Keaton ! Vive Chaplin – ce saint industriel qui dansait au-dessus de la Mort !» Thomas A. Ravier.

On pourrait s’étonner, à notre époque, de ce retour soudain, si contraire à l’évolution de la peinture contemporaine qui s’est progressivement déchargée de tous les éléments constitutifs de cet art au point d’en abandonner la matière même, support et couleur, après que le dessin, la composition et le sujet en ont été successivement écartés. L’anecdote célèbre rapportée par Pline l’Ancien le naturaliste, d’après qui Zeuxis avait peint des raisins sur lesquels s’étaient jetés des oiseaux, trompés par l’exécution parfaite, une foule d’autres récits de même ordre nous indiquent que dès les débuts de la peinture, on cherchait avant tout l’identité de la chose peinte avec son modèle. Malgré la pauvreté des moyens techniques dont ils disposaient, les décorateurs romains étaient parvenus à imiter le relief à même les murs pour simuler la sculpture et les éléments d’architecture : colonnes, chapiteaux, soubassements, statues, enrichissant à moindres frais les intérieurs. L’invention de la peinture à l’huile qui permettait le modelé s’est traduite immédiatement par l’imitation de la sculpture sur les volets des tableaux d’église Van Eyck.

Antonello de Messine, dont le Saint Jérôme de la National Gallery est un magnifique trompe-l’œil sauf en ce qui concerne la dimension, réduite. Le Vénitien Carlo Crivelli peint un trompe-l’œil réussi avec sa Vierge à l’enfant du musée de New York. Il a soin, en outre, d’orner chacun de ses tableaux par des fruits et des légumes en grandeur réelle, qui n’ont d’autre but que d’en affirmer la réalité. La nature morte y atteint un sommet. Le trompe-l’œil en est une sorte de maniérisme qui tente d’annexer la troisième dimension en réduisant la profondeur de champ et en accentuant le contraste clair-foncé.

En effet, le relief s’apprécie surtout par la mise au point du cristallin qui s’épaissit pour accommoder la vue de près. La distance, la profondeur se ressentent par la sensation du croisement des regards œil droit et œil gauche qui forment un angle d’autant plus ouvert que l’objet se rapproche. L’effort détermine une légère tension musculaire qui nous renseigne sur la proximité de l’objet regardé. Il convient de ne pas confondre les deux genres de trompe-l’œil, celui qui se voit de loin et celui qu’on regarde de près : le trompe-l’œil décoratif, ou monumental, ou mural, et le trompe-l’œil de chevalet.

Le trompe-l’œil mural s’apparente au décor de théâtre. On ne sait pas d’ailleurs si les fameux raisins de Zeuxis ne figuraient pas sur une scène. Le théâtre antique étant en plein air, rien n’empêchait les oiseaux d’y accéder. Le trompe-l’œil tend à restituer le sujet avec la plus grande vérité possible, principalement en donnant l’illusion du relief. Pour y parvenir, le peintre n’utilise qu’une profondeur restreinte et le contraste d’un premier plan clair se détachant sur un arrière-plan sombre.

On peut dire qu’il est la forme la plus accusée du réalisme, en donnant à ce terme son sens technique et non son sens littéraire. Cornelis Norbertus Gysbrechts, ne se contentant pas de la forme rectangulaire, réalise la découpe compliquée d’un chevalet contre lequel il dispose un tableau, retourne une palette, ajoute une nature morte et une miniature, le tout découpé dans le bois. Gysbrechts a aussi inventé le tableau retourné, sujet maintes fois repris par des artistes ne craignant pas la répétition. Posé sur le sol, ce trompe-l’œil sera pris pour un tableau en attente d’être accroché, mais il risque de recevoir, dans une exposition, quelques coups de pieds de visiteurs distraits. Les céramistes ont imité la cage d’oiseau avec une faïence plate découpée, habitée par un perroquet. Mais dans une cage il est un élément embarrassant à traduire, c’est le vide, la transparence d’une grille, dont les intervalles, les vides ont peu de chance de se trouver de la même couleur que le mur sur lequel on l’appliquera.

Aussi, dans bien des cas aurait-on avantage à présenter le trompe-l’œil sur un fond de la couleur des vides du tableau plutôt que de lui mettre un cadre. Des  trompe-l’œillistes  ont tenté de revaloriser le cercle, mais le losange, les polygones, l’étoile, restent à l’écart, et devront peut-être attendre le prochain siècle pour sortir du néant. L’illusion est plus difficile que dans la position verticale sur un mur, car le spectateur voit toujours les objets représentés, de biais, alors que l’angle de la vision doit être perpendiculaire pour que l’illusion subsiste quand on approche. La technique du peintre se mesure à une représentation convaincante et troublante de réalité.