La Cité chinoise PDF

Cet article est une ébauche concernant un film hongkongais. Taïwanais furent torturés, exécutés ou emprisonnés. Il a permis à la Cité chinoise PDF cité fantôme de Jiufen, où il se déroule, de renaître grâce à l’intérêt touristique suscité par le film.


Ce livre comporte une table des matières dynamique, a été relu et corrigé.
Il est parfaitement mis en page pour une lecture sur liseuse électronique.

G.-Eugène SIMON (1829 – 1896) – Ingénieur agronome, il fait en Chine, au début des années 1860, une mission d’études de quatre ans, qui le conduit à sillonner le pays. Il est consul de France dans la deuxième moitié des mêmes années 1860. Rentré en France, il fait paraître à la Nouvelle revue, septembre-octobre 1885, un texte sur La Famille Ouang-Ming-Tse, qu’il intègrera dans son livre La Cité chinoise de la fin de la même année. Son livre, par son style, son enthousiasme, son aspect « expérience vécue », et arrivant peu après la guerre du Tonkin, connaîtra un franc succès et des rééditions en France, aussi bien que diverses traductions.

La Cité chinoise – Extrait :

J’ai expliqué dans l’un des chapitres de l’ouvrage qu’on va lire comment, n’ayant pu étudier la Chine dans ses livres d’origine, je l’avais étudiée sur le vif, c’est-à-dire dans les faits.
Le lecteur trouvera donc ici, avant tout, des documents, pour parler le langage à la mode.
Quant aux théories, je me suis borné à celles qui se dégageaient elles-mêmes de l’observation ; et je n’ai eu recours aux livres modernes que pour montrer, par quelques citations très courtes, la parfaite concordance des principes et des résultats recueillis.
La Cité Chinoise est un livre de bonne foi.

Là, dis-je, est la profonde originalité de la Chine, là peut être aussi le secret de son exceptionnelle durée.
Eh bien ! il a paru au moins intéressant de savoir ce que, dans de telles conditions, laissé à lui-même, l’être humain a pu devenir. On veut connaître les progrès qu’il a su réaliser, l’organisation à laquelle il est parvenu, en un mot sa civilisation. Les pages qui vont suivre ont pour objet de répondre à ces désirs. Mais la civilisation dont tout le monde parle a, suivant ceux qui en parlent, des sens et des objectifs bien différents. Quant à nous, nous dirons que l’État le plus civilisé est celui dans lequel, sur une surface de territoire donnée, le plus grand nombre d’hommes possible ont su se procurer et se distribuer le plus également et au meilleur marché possible la plus grande somme de bien-être, de liberté, de justice et de sécurité. J’exposerai d’abord la situation de la Chine à ces différents points de vue, puis je dirai par quels moyens elle y est arrivée et les principes qui l’ont dirigée….

TABLE DES MATIÈRES :

La Cité chinoise
Préface de l’auteur
La Famille
Le Travail
L’État
Le Gouvernement
La Famille Ouang-Ming-Tse
Annexes
Table des matières
Appendice: critique de La Cité chinoise
À propos

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 1 juillet 2018 à 21:30. Salle de l’Harmonie suprême, au centre de la cité. Cité impériale de Pékin dont la construction fut ordonnée par Yongle, troisième empereur de la dynastie Ming, et réalisée entre 1406 et 1420. Les lettres en rouge sont utilisées pour localiser les principaux bâtiments.