La statique chimique basée sur les deux principes fondamentaux de la thermodynamique PDF

Sa qualité peut être largement améliorée en utilisant un vocabulaire plus directement compréhensible. Discutez des points à améliorer en page de discussion. L’ambition de TRIZ est de favoriser la créativité, ou la statique chimique basée sur les deux principes fondamentaux de la thermodynamique PDF stimuler la recherche de concepts innovants en proposant aux ingénieurs et aux inventeurs des outils de déblocage de l’inertie mentale.


La statique chimique basée sur les deux principes fondamentaux de la thermodynamique / par le lieutenant-colonel E. Ariès,…
Date de l’édition originale : 1904

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Ils ont la caractéristique de présenter des principes communs d’innovations, et ceci dans des domaines très variés. Concrètement, TRIZ permet de résoudre des antinomies apparaissant durant une nouvelle conception, comme dans le domaine des moteurs, les exigences contraires de poids et de puissance, ou en informatique, le conflit entre la vitesse d’exécution et l’empreinte mémoire. Les innovations utilisent des effets scientifiques en dehors du domaine dans lequel ils ont été développés. Altshuller à développer une démarche de résolution des problèmes inventifs. Dans cette démarche, on ne résout pas directement le problème initial, mais on passe par une phase d’abstraction du problème permettant de construire un problème générique à partir du problème initial, sous forme de contradictions. TRIZ définit différents degrés d’inventivité en fonction des ressources en termes de connaissances requises pour leur implémentation. Le concepteur est souvent victime de blocages psychologiques causés essentiellement par le vocabulaire utilisé dans un domaine technique, l’enfermement dans un domaine de connaissances rigidifiées et systématisées qu’il est souvent difficile de remettre en cause.

TRIZ est une proposition d’une méthode de créativité guidée qui permet de sortir des processus aléatoires du Brainstorming. Il consiste à décrire l’objet idéal qui maximiserait les fonctions utiles et minimiserait les fonctions néfastes et coûts. Cet idéal utopique est destiné à briser les freins psychologiques à la créativité. Ce problème générique est décrit sous la forme de contradictions. Une phase de résolution du problème générique, visant à identifier les principes de résolution pouvant être utilisés pour résoudre les contradictions identifiées dans la phase précédente. Cette phase conduit à la définition de solutions génériques.

Une phase de concrétisation de la solution, visant à traduire les solutions génériques en concept de solution, permettant de résoudre le problème spécifique. La notion de contradiction est la notion essentielle de la TRIZ : tous les problèmes d’innovation présentent la même difficulté majeure : ils semblent insolubles, du fait de la présence d’un certain nombre de contradictions. Dans la majorité des cas, les ingénieurs ont tendance à privilégier une solution qui est un compromis entre les différents paramètres plutôt qu’une solution résolvant ces contradictions. Toujours à partir d’une compilation de documents de propriété intellectuelle, Altshuller est arrivé à la conclusion que les systèmes techniques suivent des lignes objectives d’évolution. Il a ainsi identifié une série de modèles de base qui permettent d’anticiper l’évolution d’un produit. Les 39 paramètres sont les caractéristiques qui permettent de définir un système technique. Un problème technique, du point de vue de TRIZ, est composé d’un ensemble de contradictions faisant intervenir quelques-uns des 39 paramètres techniques.

Une contradiction est caractérisée par le fait que l’amélioration d’un paramètre implique la dégradation d’un ou plusieurs autres paramètres. La phase d’abstraction du problème technique consiste ainsi à décrire le problème initial à partir de ces paramètres techniques. C’est à dire améliorer une caractéristique, tout en en préservant d’autres. URSS, Genrich Altshuller a identifié 40 principes à l’origine de toute innovation.

Ces 40 principes servent à la résolution d’une contradiction technique, soit un problème qui se présente lorsqu’on veut améliorer une caractéristique et qu’une autre se dégrade simultanément. Si un objet doit supporter en fonctionnement des tensions indésirables mais connues, le soumettre à une tension préalable contraire. Après de nouvelles compilations de bases de données brevets, les dernières versions sont susceptibles de fournir des résultats très satisfaisants. TRIZ est un cadre théorique sur lequel viennent opérer des outils qu’ils convient de choisir en fonction des spécificités du problème inventif à traiter. L’équipe créative est amenée, à partir de l’objet technique présent, à déterminer les caractéristiques du super-système dans lequel il s’insère et des sous-systèmes qu’il intègre par rapport à l’état de l’art passé, puis à tenter d’extrapoler les évolutions futures des sous et super systèmes afin de dégager des idées quant à l’évolution de l’objet technique. Qu’adviendrait-il si le système était minuscule ?

Qu’adviendrait-il si le système était gigantesque ? Qu’adviendrait-il si le système opérait en un temps extrêmement court ? Qu’adviendrait-il si le système opérait en un temps infini ? Qu’adviendrait-il si le système avait une valeur nulle ? Qu’adviendrait-il si le système avait un coût très élevé ?