La Voie soufie PDF

Please forward this error screen to sharedip-1071802159. Please forward this error screen to sharedip-1071802159. Sénégal après la Tijaniyya où, avec la Gambie, elle est presque la Voie soufie PDF implantée. La tradition mouride est grandement marquée par la culture africaine et plus précisément wolof.


Percevoir le soufisme du dedans. Comprendre sa perception du monde. C’est ce que, dans ce livre, j’ai essayé de rendre communicable dans une certaine mesure. Cela répond à l’expérience vécue de la voie qui en a nourri l’écriture. C’est d’elle que naît cette vision intérieure-extérieure à partir de laquelle j’ai voulu esquisser ici certains aspects de l’initiation spirituelle en Islam. Voie métaphysique, essence et esprit de la tradition. Voie d’amour et de connaissance.

Les fidèles effectuent un pèlerinage annuel dans la ville sainte de Touba, au centre du Sénégal. Ahmadou Bamba le fondateur du Mouridisme. Le terme  mouride  dériverait du verbe Irâda, puis de murīd qui signifient respectivement  la volonté  et  celui qui veut ,  celui qui aspire à , sous entendu en quête de l’agrément de Dieu. Sénégal dans un contexte où la colonisation avait grandement perturbé l’équilibre social. Dieu tous les quatre cents ans selon un hadith.

Tijaniyya mais aussi de l’œuvre de Al-Ghazali, largement cité par Cheikh Ahmadou Bamba. Les Mourides, disciples du marabout Cheikh Ahmadou Bamba, assimilent à l’islam des traditions du peuple wolof. C’est ainsi qu’ils sanctifient le travail et poussent très loin les notions d’entraide et de solidarité. 1895 à 1902, en Mauritanie de 1902 à 1907, puis retenu en résidence surveillée au Sénégal jusqu’à sa disparition en 1927.

Après la disparition d’Ahmadou Bamba en 1927, cinq de ses fils lui succèdent comme  califes  par rang d’âge. Après le décès du dernier en 2007, ce sont les petits-fils du fondateur qui accèdent au califat. Pendant l’époque de Cheikh Amadou Bamba, certains disciples réalisés ont eu à être nommés cheikh. Ce fut le cas par exemple de Mame Cheikh et Mame Thierno quand celui-ci fut exilé par les colons français, mais ce processus de délégation s’estompa en 1912, année où fut consacré le dernier cheikh, Madiba Sylla à Diourbel. Aux plans économique et social,  ils assurent logement, nourriture et apprentissage intellectuel -par l’enseignement coranique- à des enfants. Ils ont aussi des détracteurs, qui leur reprochent leurs irrigations, leurs cultures intensives, et leurs aides sociales. D’autres fils ou petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba ont été aussi influents que les califes, bien que n’ayant pas accédé au califat.