Le consensus de Pékin, le nouveau modèle ? (n.25) PDF

Il appartient à l’ethnie mérina des Hauts-Plateaux de Madagascar. Autodidacte, il dirige la petite laiterie familiale et la transforme grâce au soutien d’un proche de la famille, et avec l’aide de la Banque Mondiale, en une le consensus de Pékin, le nouveau modèle ? (n.25) PDF industrielle de dimension nationale : le groupe Tiko S. Marc Ravalomanana incarne l’exemple même de la réussite car partant de rien il a réussi à implanter sa marque dans tout Madagascar par les produits de Tiko.


Créé par Joshua Cooper Ramo en 2004, le concept de « consensus de Pékin » s’appuie sur celui de « consensus de Washington », à savoir un modèle de développement et de gouvernance propre aux États-Unis, qui met la démocratie en avant comme clé du développement économique, et qui s’est développé dans le monde entier. Le « consensus de Pékin » serait donc une diplomatie autour d’un modèle chinois, qui reposerait sur le respect mutuel entre États et la non-ingérence, sur le développement économique et structurel (puis éventuellement social et civique), sur la tolérance envers la corruption des élites, etc. La Chine refuse pour le moment le qualificatif de « consensus de Pékin », et estime qu’il ne s’agit que d’une affabulation occidentale. On se souvient toutefois de l’attitude, semblable, qu’elle avait adoptée à l’égard du soft power dans les années 1990….Au-delà des mots, la véritable question est fondamentale : la Chine est-elle capable de proposer au monde un modèle de développement ?

1990, il investit dans différents médias. Mais les partisans de Marc Ravalomanana contestent ce verdict de la HCC et appellent les gens à descendre dans la rue. 2002, le mouvement de protestation contre les résultats s’amplifie. Marc Ravalomanana met la pression sur le pouvoir en place. Soutenu par des magistrats de la Cour suprême malgache, il prête serment dans le stade municipal de Mahamasina et nomme un gouvernement dirigé par Jacques Sylla.