Le jardin ouvrier : 1995-2003 PDF

Cet article est une ébauche concernant un métier. Une ouvrière américaine dans une usine Le jardin ouvrier : 1995-2003 PDF Aircraft à Fort Worth, au Texas, en octobre 1942.


Fondé en 1995, Le Jardin ouvrier achèvera sa trajectoire en 2003, au terme de 39 livraisons (et d’une vingtaine de suppléments). De présentation modeste et d’une diffusion quasi-confidentielle, cette singulière entreprise va très vite s’avérer l’un des laboratoires les plus actifs de la recherche poétique contemporaine, expérimentant des modes de composition radicalement nouveaux tout en cherchant à rendre compte de l’état d’épuisement actuel de la société. À partir du  » cercle picard  » que Ch’Vavar avait déjà constitué autour de lui (avec Konrad Schmitt et Lucien Suel notamment), la revue accueille bientôt de plus jeunes collaborateurs, comme Christophe Tarkos, Laurent Albarracin, Nathalie Quintane, Olivier Domerg et bien d’autres. Établie par Ivar Ch’Vavar lui-même, la présente anthologie retrace l’ensemble de cette aventure collective. La matérialité des textes réunis, leur manière de prendre en charge le réel sans rien abdiquer de leurs revendications formelles en font un objet étrange, très éloigné de l’image qu’on se fait généralement de la poésie – dont la bienséance est ici battue en brèche et les perspectives réinventées.

Un ouvrier travaillant sur une machine à vapeur. L’ouvrier est une personne qui loue ses services dans le cadre d’un travail artisanal, industriel ou agricole en échange d’un salaire. Le développement de l’industrialisation et de la mécanisation va continuellement modifier le statut des ouvriers. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. De ce niveau dépendra le type de travail effectué et la rémunération associée.

L’effectif ouvrier atteint son niveau maximum vers 1970. Il regroupe l’ensemble des emplois nécessitant un effort manuel pour l’accomplir. Sous l’impulsion du sous-secrétaire d’Etat aux sports, Léo Lagrange, le sport se démocratise. Une véritable politique publique du sport est alors menée en faveur des plus démunis. Faire du sport c’est avant tout accéder à la dignité, comme le martèle Léo Lagrange.

En effet, faire du sport, c’est se donner une hygiène de vie, des habitudes, des manières de penser et un langage commun. C’est aussi s’ouvrir aux autres et partager des loisirs communs. Durant la période féodale, les ouvriers les plus qualifiés peuvent aspirer au statut d’artisan et gagner davantage. Ce nouveau statut, souvent contraint et résultant de l’exode rural, inquiète : les peurs sociales se cristallisent autour des classes dangereuses, à la suite de l’accumulation souvent désordonnée de nouvelles populations dans les faubourgs des villes.

On atteint dans cette enquête le tréfonds de la misère, à une époque où le monde ouvrier ne fait qu’apparaitre. Ils sont destinés aux ouvriers, puis le nombre de femmes augmentant, aux ouvrières. Les Temps modernes de Charlie Chaplin sorti en 1936 et montrant les débuts du Taylorisme. Les travailleurs de force à travers le monde, comme dans le documentaire La mort du travailleur de Michael Glawogger, 2005.

Travail d’arabe de Christian Philibert, 2003. Ouvrages anciens Dr Louis René Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, recueil de textes choisis et présentés par Yves Tyl, Paris, Union générale d’éditions, coll. Adrien César Égron, Le Livre de l’ouvrier : ses devoirs envers la société, la famille et lui-même, Paris, P. Pierre Émile Levasseur, L’ouvrier américain : l’ouvrier au travail, l’ouvrier chez lui, les questions ouvrières, Paris, Librairie de la société du recueil général des lois et des arrêts et du journal du palais, 1898, 2 vol. Dr René Martial, L’ouvrier : son hygiène, son atelier, son habitation, Paris, Octave Doin et fils, coll. Ouvrages contemporains André Nataf, éd, Dictionnaire du mouvement ouvrier, Gérard Adam , sous la direction de André Nataf, coll.

Dictionnaires de culture, Paris: Éditions Universitaires, 1970. La France ouvrière : histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, 3 vol. 1, Des origines à 1920, 493 p. 2, De 1920 à 1968, 368 p. 3, De 1968 à nos jours, 267 p.