Le langage manipulateur : Pourquoi et comment argumenter ? PDF

Les vaccins, ça ne rapporte rien aux laboratoires ? Après avoir évolué avec talent en tant que consultant dans ce domaine auprès de nombreux clients très prestigieux, ses centres d’intérêts se sont fixés autour des problématiques le langage manipulateur : Pourquoi et comment argumenter ? PDF santé et de nutrition.


L’argumentation est au coeur des préoccupations de ceux qui ont pour vocation de «manipuler» la langue, que ce soit pour transmettre des informations et des savoirs, pour agir sur autrui et communiquer ou pour étudier la langue dans ses dimensions interlocutive, dialogique et pragmatique. A la croisée de différentes disciplines scientifiques ayant la langue comme composante transversale – l’analyse de discours, la linguistique textuelle, la didactique des langues, la communication, la pragmatique – l’argumentation est également soumise à une évolution exponentielle des outils et techniques de diffusion et de traitement des données qui rapprochent les locuteurs dans le temps et l’espace. Ce contexte de mondialisation et d’évolution technologique influe considérablement sur la forme, le contenu, la structure, l’impact et l’enjeu des discours argumentatifs. Cet ouvrage collectif réunit les contributions de chercheurs en linguistique, analyse de discours et didactique du français sur objectif spécifique et universitaire autour de la notion de manipulation, au sens premier et au sens dérivé du terme, que l’argumentation peut produire sur le langage. Il propose un double regard franco-espagnol en croisant les articles de collègues français et espagnols afin d’enrichir l’analyse de cette notion très actuelle.

Il s’agit là d’un argument que l’on entend très souvent, argument assez surprenant car défiant toute logique économique dans un système capitaliste libéral, en effet par le simple jeu du  marché  les ressources sont sensées être allouées aux investissements les plus rentables, les investissements  peu  ou  pas  rentables étant appelés à disparaître par le jeu de la concurrence. Or depuis le temps que le développement vaccinal existe et à la vue de son développement fulgurant récent, celui-ci aurait du logiquement disparaître. Chacun s’intéressant un peu au sujet peut constater que ce n’est pas le cas car ce secteur est en pleine expansion. Dans le présent article, nous allons nous intéresser aux faits facilement vérifiables car basés sur les informations publiques fournies par les entreprises concernées à leurs propres investisseurs. Pour le cas de notre  champion national , nous présenterons des données détaillées. Pour GSK nous nous contenterons des tableaux de synthèse.

35 milliards d’euros, c’est pas mal ! Comment se répartit ce chiffre d’affaires parmi les différentes activités ? Ce document nous donne la réponse : Une explication s’impose. L’activité  vaccins  produit  plus d’un milliard de doses chaque année et permet d’immuniser plus de 500 millions de personnes . L’activité  santé grand public  concerne principalement des médicaments dits de  confort  touchant des maladies très bénignes, disponibles en France principalement sans ordonnance. Nous vous offrons en bonus la vision du chiffre d’affaire annuel par type de vaccin. Comme toute entreprise sérieuse, et conformément aux dispositions légales, Sanofi nous fournit des  données financières par secteur d’activités.

L’activité  santé grand public  est la moins rentable, ce qui n’est pas surprenant, ce marché étant plus concurrentiel car formé par des molécules disponibles depuis longtemps et accessibles sous forme de génériques. A la page suivante, un tableau est très intéressant. Meilleur score parmi les 3 entités. Ces deux derniers sont en fait les plus importants en terme de chiffre d’affaires.

Cette société fait la quasi totalité du chiffre d’affaires de sa branche vaccinale avec un seul produit ! Il semble qu’il y ait peu d’études prospectives rapidement disponibles publiquement, mais l’OMS en avait publié une il y a quelques années. Ainsi on voit que le secteur vaccinal est devenu clairement un moteur pour l’industrie pharmaceutique. J’invite le lecteur à parcourir la présentation de l’OMS fournie.

Elle montre clairement l’étendue de la stratégie de développement commercial de ce marché. Conclusion Les vaccins, ça génère beaucoup de chiffres d’affaires et cela semble être une activité très rentable! Moi qui n’ai vraiment pas la fibre   maths  et  financières , j’arrive à suivre. Merci pour cette belle synthèse, qui démolit un mythe de plus, pour ceux qui dénoncent les mensonges d’état.

On notera aussi la part consacrée à la recherche, qui diminue drastiquement depuis que la finance a pris le contrôle de l’industrie pharmaceutique, et la part promotionnelle, dont l’inflation croît proportionnellement à la propagande mensongère à propos des vaccins ou des médicaments. Olivier Brandicourt, Directeur général de Sanofi a déclaré à ce sujet :  Il s’agit peut-être du plus grand défi de santé publique de tous les temps, sachant que l’augmentation incontrôlée de l’incidence de cancer, de diabète, de maladies cardiovasculaires, respiratoires et mentales est responsable des deux tiers de tous les décès recensés dans le monde. Ce qui menace le plus l’équilibre de nos sociétés, ce ne sont pas les maladies infectieuses mais le poids de plus en plus pesant des maladies chroniques. Pourtant, tout fut fait pour essayer d’affoler les populations avec des pandémies, le H5N1 qui fit flop puis le H1N1 qui ne supplanta pas les virus en place contrairement aux caractéristiques annoncées d’un virus pandémique. De plus, difficile d’exclure que les vaccinations généralisées et multipliées ne participeraient en aucune façon à la montée  incontrôlée  des maladies chroniques et dégénératives. Didier Raoult page 92 de  La vérité sur les vaccins  :  ces campagnes de vaccination réalisées en Afrique avec des aiguilles qui n’étaient pas à usage unique et qui ont diffusé dans les populations l’hépatite B et C et sans doute favorisé l’infection par le VIH. Chape de plomb sur le sujet.