Les nuits de Ceylan PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Voyages et aventures des trois princes de Serendip, communément appelé Les Trois Princes de Serendip, est un conte persan publié en 1557 par l’imprimeur vénitien Michele Tramezzino. Armeno ait existé ailleurs que dans l’esprit fertile les nuits de Ceylan PDF Tramezzino.


Elevée sur l’île de Ceylan, où l’air tropical embaume les épices et les parfums d’orchidée, Alexa a toujours su que, pour se sentir vivante, il fallait être libre. Et non courir les bons partis dans les bals, comme le voudrait sa tante. Aux badinages des gens du monde, aux prétendants insipides, au destin d’épouse soumise, Alexa oppose une résistance farouche. Toute lady qu’elle soit, elle compte bien prendre son destin en main, s’instruire et, plus tard, aider son père à la plantation de café qui appartient à leur famille. Mais lorsque celui-ci lui révèle le mystère qui pèse sur sa naissance, toutes les certitudes d’Alexa s’effondrent. Soudain, une seule question importe : qui est-elle vraiment ? La réponse, elle va devoir aller la chercher bien loin de chez elle. Sous le soleil de Rome, dans les palais napolitains ou dans le Londres de l’Angleterre victorienne, Alexa n’aura désormais de cesse de suivre la piste de ses origines. En prenant garde de ne pas se perdre dans les bras de Nicholas Dameron, un vicomte orgueilleux et terriblement séduisant qui, depuis la première nuit où il lui a dérobé un baiser sous la lune de Ceylan, ne cesse étrangement de croiser son chemin…

L’ouvrage rencontra un grand succès, puisqu’une deuxième édition parut en 1584, ainsi qu’une traduction en allemand en 1583 et une première traduction en français en 1610. Les Trois Princes de Serendip raconte l’histoire de trois hommes partis en mission, qui, sur leur chemin, ne cessent de trouver des indices en apparence sans rapport avec leur objectif, mais en réalité nécessaires. Il s’inspire d’épisodes de la vie du roi de Perse Vahram V, qui régna sur l’Empire sassanide de 420 à 438. C’est à cette version et sa traduction anglaise parue en 1722 sous le titre Travels and Adventures of Three Princes of Sarendip que se réfère Walpole lorsqu’il crée le mot serendipity. Serendip désignait en vieux persan l’île de Ceylan, de nos jours Sri Lanka. Le mot vient de l’arabe Sarandib, déformation du tamoul Seren deevu, qui vient lui-même du sanscrit Suvarnadweepa signifiant  île dorée . L’histoire raconte que le roi de Serendip envoie ses trois fils à l’étranger parfaire leur éducation.

En chemin, ils ont de nombreuses aventures au cours desquelles ils utilisent des indices souvent très ténus grâce auxquels ils remontent logiquement à des faits dont ils ne pouvaient avoir aucune connaissance par ailleurs. Cependant Zadig va plus loin que les trois princes de Serendip en ce sens qu’il utilise la science de son temps, un  profond et subtil discernement , pour parvenir à ses conclusions. Il introduit également le suspense dans son récit, alors que dans la tradition du conte oriental le lecteur est averti dès le départ que les trois frères n’ont pas vu l’animal, ce qui renforce le raisonnement indiciaire de Zadig pour se rapprocher de la méthode scientifique. Cependant, les inférences issues de cette succession de raisonnements inductifs ne constituent qu’une part de ce que la sérendipité offrira aux trois frères dans le reste du conte.