Les Vies encloses PDF

Il est baptisé à l’église Sainte-Les Vies encloses PDF Madeleine. Il est lié, par sa mère, aux familles Baclan et Debonnaire de la ville picarde.


Les Vies encloses ( 1896 ) est un recueil de huit poèmes inspirés par l’occultisme et le romantisme allemands. En plus de celle de Novalis, on sent dans ces trois riches poèmes de Rodenbach l’influence de Baudelaire et de Mallarmé. L’auteur de Bruges-la-Morte marie les notes brumeuses que lui inspirent les paysages de sa patrie d’origine, où les beffrois se reflètent dans les canaux, au milieu des cygnes voguant dans une lumière incertaine…

Georges Rodenbach passe son enfance à Gand où sa famille s’installe en 1855. Il fait de brillantes études au collège Sainte-Barbe, où il se lie avec Émile Verhaeren, et à la faculté de droit de l’université de Gand. En 1877, il publie son premier recueil de vers, Le Foyer et les Champs. En 1878, il effectue un nouveau séjour à Paris où il fréquente assidûment le cercle des Hydropathes. Délaissant le barreau en 1881, il se consacre à la littérature et collabore à La Flandre libérale et au premier numéro de La Jeune Belgique. Impétueux animateur de la revue La Jeune Belgique, dont il est l’écrivain le plus doué avec son ami d’enfance Émile Verhaeren, il parvient à organiser en Belgique une tournée de l’écrivain Villiers de l’Isle-Adam. En 1888, l’écrivain épouse Anna-Maria Urbain, originaire de Frameries dans le Hainaut belge, et qui sera, plus tard, journaliste à la Tribune de Genève.

Leur fils unique, Constantin, sera naturalisé français. Rodenbach collabore au Figaro où il publie Agonies de villes, série de portraits consacrés notamment à Bruges, Saint-Malo et Gand. En 1894, il est le premier auteur belge à voir une de ses œuvres, Le Voile, mise au répertoire de la Comédie-Française. Il impose dans le rôle principal la jeune Marguerite Moreno qui l’évoque dans ses souvenirs littéraires. La même année, il est décoré de la Légion d’honneur. Il meurt à 43 ans d’une appendicite le jour de Noël 1898.

Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise où l’occultiste Catulle Mendès prononce son éloge funèbre. Rodenbach était pour moi un objet de sympathie, d’admiration extrêmement vive. Par son côté dandy, Rodenbach serait l’un des modèles de Swann de À la recherche du temps perdu. Rodenbach était pressenti pour faire partie des membres fondateurs de l’Académie Goncourt. Un médaillon d’Auguste Rodin à la mémoire de Rodenbach devait se dresser face au béguinage mais la ville de Bruges refusa le projet. Tournai, Charlotte Besnard devait ciseler un buste du poète. L’artiste réalisa cependant un surprenant tombeau expressionniste situé au cimetière du Père-Lachaise à Paris.