Lettres à la jeunesse : Dix poètes parlent de l’espoir PDF

Please forward this error screen to cloud1. Please forward this error screen to cloud1. Ce blog veut être celui de la liberté de la parole et de la confrontation des idées. Je me propose lettres à la jeunesse : Dix poètes parlent de l’espoir PDF’évoquer à chaud et succinctement, un fait d’actualité, une déclaration intéressante, ou un événement appelant un éclairage, une remarque.


La poésie a-t-elle encore un sens et un rôle à jouer dans le monde qui est le nôtre ? La réponse est donnée ici par dix poètes de dix pays différents, qui ont chacun écrit texte lettre et un poème à la jeunesse, sur le thème de l’espoir. Ces textes inédits, publiés en collaboration avec le Printemps des Poètes, marquent la nécessité de la poésie et de l’utopie, malgré les douloureux démentis de l’histoire contemporaine.

Je m’autorise à être subjectif, anecdotique, rapide. Il est loisible de débattre à partir de ces thèmes et sujets, ou d’autres que les lecteurs peuvent choisir. Car ce blog a pour objectif d’être un lieu d’échanges. Américains facétieux viennent de publier dans des revues scientifiques des canulars qui reprennent la dialectique victimaire des minorités sexuelles. Sexuality and Culture a ainsi salué un texte encourageant les hommes hétérosexuels à s’introduire des godemichés dans l’anus pour faire baisser leur homophobie. La révolution du bon sens, qui alimente la vague conservatrice, veut en finir avec les idéologues et leurs déconomètres.

1,12 million d’euros, La Fille au ballon s’est transformée pour partie en lambeaux, grâce à un mécanisme de découpage caché dans le cadre. Les populistes, s’il leur reste à prouver qu’ils ont les idées claires, ont la chance d’avoir comme adversaire une pensée-massue, sectaire, fruste, répulsive. Christine Sourgins, Les Mirages de l’Art contemporain, La Table Ronde. Alain Kleinmann, Interrogations sur l’art contemporain Les Éditions de Paris. Face à l’immigration afro-maghrébine les Français continuent de se comporter comme de gros benets, comme de joyeux naïfs satisfaits de leur nouvelle condition de soumis : nous paierons cet aveuglement très très cher. Voici la suite du blog d’Ivan Rioufol.