Madame de Sévigné et la médecine du grand siècle PDF

Grignan, est la principale destinataire des lettres de sa mère, Madame de Sévigné. Cette femme-là a de l’esprit, mais un esprit aigre, d’une gloire madame de Sévigné et la médecine du grand siècle PDF, et fera bien des sottises.


 » Comment vous portez-vous, ma bonne ?  » Des mille et cent lettres qu’a laissées l’inoubliable Marquise, telle semble être l’une des formules qui ressort sans cesse, quand elle harcèle sa fille de ses conseils avant de lui infliger le récit de ses  » vapeurs « . Yves Pouliquen, grand médecin d’aujourd’hui, signe un portrait original de Marie de Sévigné, mais aussi de tous ses proches : l’énigmatique Françoise, sa fille, son gendre aux assiduités excessives, son fils en proie, lui, aux pannes amoureuses, et aussi son subtil cousin Bussy-Rabutin ou encore le toujours chagrin La Rochefoucauld et la souffreteuse Mme de La Fayette qui mêlèrent leur douleur dans l’illusion d’un amour. Entre saignées, purges, séjours aux eaux, potions, décoctions et remèdes de charlatans, on y croise quelques maîtresses de Louis XIV, des duchesses contagieuses, et bien sûr de nombreux médecins dont Molière n’exagéra qu’à peine les travers et que Boileau, Racine, La Fontaine, Saint-Simon sans cesse évoquaient. Ce faisant, c’est un portrait psychologique intime de la Marquise qu’Yves Pouliquen nous offre, suivant pas à pas ses plaintes, ses peurs, ses émois. Au-delà du pittoresque, on redécouvre un siècle qui fut sans doute celui de l’esprit, mais surtout celui du combat avec les maux du corps. Et pour eux, il n’existait alors guère d’autre recours que la Fortune.

Benserade et le chevalier du Buisson. En 1668, François de La Feuillade entreprit, en vain, de faire d’elle la maîtresse du roi. Malheureusement, seules les lettres de Madame de Sévigné ont été conservées, la famille ayant détruit les réponses. Sa fille aînée entra chez les Visitandines, ordre religieux fondée en 1610 par leur ancêtre Jeanne-Françoise de Chantal et l’évêque de Genève François de Sales. La fille cadette épousa le comte de Simiane et fit éditer la correspondance de sa grand-mère.

Son unique fils mourut prématurément en 1704 ne laissant pas de postérité. Madame de Grignan, beauté vieille et précieuse dont j’ai suffisamment parlé, mourut à Marseille bien peu après, et quoi qu’en ait dit Madame de Sévigné dans ses lettres, fut peu regrettée de son mari, de sa famille et des Provençaux . Elle en avait fait aussi quelque chose de si extraordinaire que moi, qui ne suis point du tout flatteur, je ne me pouvais lasser de l’admirer, et que je ne la nommais plus, quand j’en parlais, que la plus jolie fille de France, croyant qu’à cela tout le monde la devait connaître. Il lui dédia plusieurs pièces où elle apparaît sous le nom d’Iris.

Je perdis un ami avec qui j’avois été élevé, et qui étoit un très galand homme et qui promettoit fort. Madame de Grignan si adorée dans les Lettres de Madame de Sévigné, sa mère, dont cette éternelle répétition est tout le défaut. C’est d’ailleurs insistance soudaine de Madame de Sévigné, en juillet 1675, qui donne à penser, entre autres raisons, qu’elle est bien la seule destinataire des Mémoires : nous savons, en effet, par les lettres des 7, 12 et 14 juin qu’elle s’était très longuement entretenue avec Retz. Ne serait-ce pas dans ces circonstances qu’elle l’aurait incité à écrire ses souvenirs ? Madame de Sévigné, mais lui préfère Madame de La Fayette.

Lettre de Testu de Mésonville, lieutenant de la citadelle de Marseille à Chamillart, datée du 14 août 1705, in Saint-Simon, Mémoires, t. Le médecin Chambon, le même qui avait été au chevet de Madame de Sévigné mourante. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 2 septembre 2018 à 20:04. Tour TDF de Cesson vue de Beaulieu.

Cesson-Sévigné est une commune française située dans le département d’Ille-et-Vilaine, en région Bretagne. Le nom de la commune de Cesson a été modifié en Cesson-Sévigné en 1921. Cesson-Sévigné est en 2016 la sixième ville d’Ille-et-Vilaine et l’une des plus peuplées de Rennes Métropole avec Bruz. Contiguë à Rennes, Cesson est en plein développement depuis les années 1950, et plus particulièrement depuis l’essor de la technopole Rennes Atalante dans les années 1980. Traversée par la Vilaine, la ville est cependant restée majoritairement rurale. De nombreux espaces verts, cours d’eau et manoirs jalonnent le territoire communal. Cesson-Sévigné est située en limite est de la ville de Rennes et est entourée par la rocade est.

Du fait de cette continuité urbaine avec Rennes, Cesson-Sévigné est devenue la sixième ville d’Ille-et-Vilaine, derrière Rennes, Saint-Malo, Fougères, Vitré et Bruz. Les communes limitrophes sont Betton, Thorigné-Fouillard, Acigné, Noyal-sur-Vilaine, Domloup, Chantepie et Rennes. Le quartier de la Ménourais est reliée au quartier de la Monniais, par la ligne 38, en correspondance avec la ligne 67. La ville fut desservie par une extension de la ligne 3 du tramway de Rennes, à partir de 1907, la ligne 6. Le nord de la commune sera desservi en 2020 par deux stations de la ligne b du métro de Rennes : Atalante et Cesson-Viasilva, terminus de la ligne.

Bus 41ex sur l’axe est-ouest entre Cesson et Rennes. Le terminus du tramway, vers 1910, sur la route de Paris. La gare de Cesson-Sévigné se trouve sur la ligne de Paris-Montparnasse à Brest. Elle est desservie par des trains express régionaux du réseau TER Bretagne, circulant entre Rennes et Vitré.

En 1921, le nom de la commune de Cesson a été modifié en Cesson-Sévigné. Saozon se retrouve dans la forme bretonne du château de Trécesson dans le Morbihan dont le nom breton est Tresaozon ainsi que le lieu-dit Cesson, Saozon en breton, près de Saint-Brieuc. Sévigné est un ancien fief situé sur la Vilaine, en amont de Cesson, vers l’est, juste à la limite de la commune de Noyal-sur-Vilaine. La commune accueille favorablement la Révolution et ses avancées. Article connexe : Élections municipales de 2014 en Ille-et-Vilaine.