Malabo, Guinée-Equatoriale : Le nouvel eldorado pétrolier de l’Afrique PDF

Des passages de cet malabo, Guinée-Equatoriale : Le nouvel eldorado pétrolier de l’Afrique PDF sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le.


Fondée par les Anglais, colonisée par l’Espagne, Malabo fit venir des Européens, des Cubains, des Africains continentaux. Au cours du XXe siècle, les Bubis, natifs de l’île, et les Fangs vinrent peupler les faubourgs de la future capitale de la Guinée-Equatoriale et véritable Babel moderne. Au début des années 1990, l’exploitation des gisements d’hydrocarbure fait couler l’argent à flot. Mais derrière cette success-story se cache un chômage massif, des bidonvilles, avec une démocratie en berne et une corruption extrême. Que penser de ce développement chaotique ?

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Toutefois ce miracle économique reste très théorique pour la majorité de la population, qui a jusqu’ici fort peu profité de la manne pétrolière, voire a souffert de l’inflation provoquée par cet afflux de devises. La santé publique, l’éducation et les infrastructures ont relativement peu progressé comparativement au bond énorme du PIB par habitant. Le gouvernement est accusé par l’opposition de s’être emparé d’une partie des revenus pétroliers. En dehors du secteur pétrolier, la majorité de la population vit de l’agriculture ou de la pêche vivrière, mais on trouve aussi des plantations et des exploitations forestières destinées à l’export. Le gaz naturel liquéfié s’y ajoutera dans quelques années.

L’estimation 2009 du PIB par habitant place la Guinée équatoriale parmi les pays relativement riches. Le pétrole constitue la base de l’économie équato guinéenne. En 1959, la Guinée équatoriale, alors colonie espagnole, a le revenu par habitant le plus élevé d’Afrique, ses principales recettes provenant de l’exportation du cacao. Elle intègre la zone franc au 1er janvier 1985 et adopte le franc CFA comme monnaie. C’est alors le premier pays non-francophone à le faire.

Après l’indépendance en 1968, le pays a subi le joug d’une dictature répressive de 11 ans, qui a dévasté l’économie. Le secteur agricole, qui était historiquement connu pour le cacao de qualité supérieure, ne s’en est jamais remis. En 1969, la Guinée équatoriale produit 36 000 tonnes de cacao contre 4800 en 2000. De même, la production de café a chuté brusquement pendant cette période pour rebondir ensuite.