MATHEMATIQUES BEP/CAP TERTIAIRES. Edition 1994 PDF

France et en Angleterre via l’université d’Oxford. Dans le MATHEMATIQUES BEP/CAP TERTIAIRES. Edition 1994 PDF universitaire de tradition anglo-saxonne le baccalauréat est quant à lui devenu un grade sanctionnant généralement le premier cycle des études supérieures. Le baccalauréat français correspond à l’examen ou au  diplôme de maturité  dans de nombreux pays européens. Le baccalauréat est appelé familièrement  bac  et, anciennement,  bachot .


Le baccalauréat est alors conféré dans les quatre facultés : faculté des arts, de médecine, de droit et de théologie. Le baccalauréat est créé en 1808, mais sa première édition n’a lieu qu’en 1809. Fait curieux, l’Académie de Paris ne présente aucun candidat. L’Académie de Douai en compte 10, celle d’Amiens 9, celle de Strasbourg 7, et celle de Rennes 4.

1840, des mentions très bien, bien et assez bien. En 1902, des enseignants du secondaire partagent les places au jury avec les universitaires pour la première fois. Selon l’arrêté du 10 avril 1852 et le règlement du 5 septembre 1852, pour pouvoir subir les épreuves du baccalauréat des lettres devant une faculté des lettres, il faut avoir au moins seize ans. L’examen se compose d’une épreuve écrite et d’une épreuve orale. La première épreuve comprend une version latine, une composition latine ou une composition française suivant le sort.

Les sujets sont choisis par le doyen de la faculté. Selon l’arrêté du 10 avril 1852, l’examen se compose de deux épreuves, une épreuve écrite, comprenant deux compositions et une épreuve orale où le candidat doit répondre sur tout l’enseignement de la section scientifique des lycées. Les parties les plus élevées des mathématiques, de la physique, de la chimie et de l’histoire naturelle, qui étaient comprises dans les anciens programmes du baccalauréat ès sciences physiques, sont reportées à l’examen des trois licences des sciences. Le baccalauréat en droit sanctionnait les deux premières années d’études dans les facultés de droit. Plus précisément, ce n’est qu’entre 1852 et 1890 qu’il y eut des baccalauréats ès lettres et ès sciences puisque la distinction a été supprimée en 1890, instaurant un baccalauréat de l’enseignement classique en deux parties. En 1927, les baccalauréats de l’enseignement classique et moderne sont remplacés par le baccalauréat de l’enseignement du second degré dont les épreuves demeurent cependant durant longtemps encore organisées par les facultés des lettres et sciences humaines et les facultés des sciences.

Il a connu plusieurs paliers dans sa diffusion parmi la population. Il était initialement destiné aux garçons de la bourgeoisie. La première femme à passer le baccalauréat est Julie-Victoire Daubié en 1861. En 1880, la loi Camille See permet l’ouverture de collèges et lycées de jeunes filles, où les cours sont cependant différents de ceux des garçons et ne préparent pas au baccalauréat : une leçon de morale remplace la philosophie, les sciences sont à peine survolées et la littérature est expurgée. Jusqu’en 1963, le baccalauréat comportait une première partie, et une deuxième partie. L’obtention de cette première partie était obligatoire pour passer en terminale et postuler au baccalauréat.