MATHEMATIQUES HOMME. Module 3 PDF

Historiquement, c’est dans la Grèce antique que les sciences en tant que pensée rationnelle naissent, sous l’élan de philosophes en même temps penseurs et physiciens, ou même chefs religieux. Ionie laissent des traces directes ou indirectes de MATHEMATIQUES HOMME. Module 3 PDF vie d’alors.


Le développement de la science ionienne est aussi plus directement la manifestation de conditions et de possibilités nouvelles, car les Ioniens sont les premiers à vivre sous un régime politique choisi par eux. Une dynamique particulière se met en place, qui permet à la science de naître sous l’égide du nombre. C’est en effet avec les mathématiques que la science grecque débute, avec Thalès de Milet. L’enseignement de Thalès est en partie rapporté par des textes apocryphes, mais son apport semble bien réel au regard du tournant scientifique que vit la Grèce antique à cette époque. Cette démarche est reprise par plusieurs autres penseurs dont on a la trace par les discussions qu’ils provoquèrent chez des scientifiques ultérieurs. Anaximandre, contemporain de Thalès, propose également une explication complète de la Terre et de l’Homme, en proposant des hypothèses où les dieux de la mythologie n’interviennent pas.

Aristote parce qu’ils tiennent un discours rationnel sur la nature, ils enquêtent sur les causes naturelles des phénomènes qui deviennent les premiers objets de méthode. La méthode présocratique est également fondée dans son discours, s’appuyant sur les éléments de la rhétorique : les démonstrations procèdent par une argumentation logique et par la manipulation de concepts abstraits. Les présocratiques initient également une réflexion sur la théorie de la connaissance. Constatant que la raison d’une part et les sens d’autre part conduisent à des conclusions contradictoires, Parménide opte pour la raison et estime qu’elle seule peut mener à la connaissance, alors que nos sens nous trompent. Ceux-ci, par exemple, nous enseignent que le mouvement existe, alors que la raison nous enseigne qu’il n’existe pas. La science astronomique grecque démarre véritablement avec la découverte de la sphéricité de la Terre.

Rien ne prouve cependant qu’elle revienne à l’un ou à l’autre. Aux présocratiques qui rejetaient une connaissance fondée sur l’observation par les sens, s’oppose le courant atomiste. Avec Socrate et Platon, qui en rapporte les paroles et les dialogues, la raison – logos en grec -, et la connaissance deviennent intimement liées. Le raisonnement abstrait et construit apparaît.