Melanges de Numismatique, Volume 1… PDF

La famille de Roquefeuil-Anduze est une branche cadette de la melanges de Numismatique, Volume 1… PDF d’Anduze, famille noble d’extraction féodale originaire d’Anduze, dans le Gard. Raymond d’Anduze, né vers 1150, fils puiné de Bertrand d’Anduze et d’Adélaïde de Roquefeuil, dernière représentante de la première famille de Roquefeuil, adopta le nom de sa mère et en hérita les fiefs.


La branche ainée des Roquefeuil-Anduze s’éteignit vers 1400 dans la famille de Pujols-Blanquefort, qui forma alors la troisième famille de Roquefeuil. Guillaume de Roquefeuil-Anduze, sgr de Versols et de Bonvoisin, né vers 1230, fut cependant l’auteur d’une vaste lignée cadette, dite de Versols, qui produisit à son tour plusieurs branches et rameaux, aujourd’hui tous éteints en filiation légitime, mais dont subsiste une descendance agnatique naturelle. La première famille de Roquefeuil est connue depuis 1032. Le plus ancien personnage de cette famille est donc plus certainement Seguin de Roquefeuil qui, en 1032, donna plusieurs terres qu’il tenait dans les comtés de Lodève et du Rouergue à l’abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert. L’acte cite ses fils Frédol et Arnaud. Dauphine de Turenne eut plusieurs filles, dont Isabeau de Roquefeuil-Anduze, mariée en 1230 à Hugues IV de Rodez. Roger Raymond II Trencavel, prisonnier des croisés de Simon de Montfort, avec ces paroles :  Seigneur, vrai père, aie merci d’un enfant orphelin d’âge tendre et banni.

Aie merci pour le fils de l’honorable comte de Béziers, tué par les croisés et par Simon de Montfort quand on le lui livra. Car de tiers ou de moitié ont décliné noblesse et courtoisie, depuis que, sans tort et sans péché un tel baron a été martyrisé. Les six enfants d’Arnaud de Roquefeuil et de Béatrix d’Anduze furent Raymond III qui suit, Alasie, Helix mariée à Déodat de Boussages, seigneur de Bouzigues, fils d’autre Deodat et d’Helis de Lodève, Jean, et Bertrand. Raymond III de Roquefeuil, seigneur d’Algues, épousa en 1259 Alazie du Tournel, fille de Guigues-Meschin du Tournel, seigneur d’Altier, et d’Alysette Pelet, dame d’Alès, qui lui donna dix enfants : Arnaud sans postérité, Raymond IV, religieux qui fut relevé de ses vœux pour se marier et qui suit, Guilhaume, Beatrix mariée à Dragonet de Joyeuse, Isabeau, Miraille, Marquise, Idoine, et Guise de Roquefeuil. Raymond IV de Roquefeuil fut d’abord religieux, supérieur du monastère de Lunel avant de se marier le 1er juin 1287 avec Vaurie d’Hébrail, fille de Raymond d’Hébrail et de Brayde, laquelle lui donna cinq enfants. Leurs enfants furent Arnaud II qui suit, Marguerite, Marie, Beatrix, et Tiphaine mariée en 1318 à Pons de Thezan. Chevalier du roi Jean II le Bon il combattit les Anglais en Agenais.

Le Pape Clément VI arbitra le conflit en 1348 mais ne donna pas totalement raison à Roquefeuil qui déclara  l’honneur me reste, il suffit . Cette phrase est restée la devise des Roquefeuil-Anduze puis Blanquefort. Les Roquefeuil-Anduze sont connus également pour avoir toujours eu des relations difficiles avec leurs voisins, les chevaliers hospitaliers. Arnaud II de Roquefeuil épousa le 25 janvier 1316 Jacquette de Combret, fille d’Ermengaud de Combret et de Jausimonde de Lévezou, et héritière de Combret. Montpellier par le sénéchal de Carcassonne. Cette famille possédait le château d’Algues à Nant, dans l’Aveyron, ceux de Creissels et de Roquefeuil aussi dans l’Aveyron, ainsi que celui de Meyrueis en Lozère. La branche ainée des Roquefeuil-Anduze s’éteignit ainsi, et le nom de Roquefeuil fut repris par la descendance de Catherine de Roquefeuil et de Jean de Pujols, seigneur de Blanquefort, qui forma la troisième famille de Roquefeuil.

Marc-Antoine de Roquefeuil, avocat, juge de l’Evêché de Lodève. La branche de la Roquette fut fondée par Jean de Roquefeuil, marié en 1534 à Montpellier avec Anne de Vergnole, dame de la Roquette. Son arrière-petit-fils, Henri de Roquefeuil, fut titré marquis de la Roquette en 1658, et fut maintenu noble en 1668 et 1669. Raimondo Perellos y Roccafull, grand maître de l’Ordre de Malte, descendant de la branche espagnole des Roquefeuil. Cette branche s’éteignit en ligne légitime en 1756, avec Henri de Roquefeuil, seigneur de Saint-Etienne, son dernier représentant légitime. Son fils Louis-Francisque-Hippolyte Bessodes de Roquefeuil, né à Montpellier en 1824, fut un peintre de paysages, aquarelliste et graveur à l’eau forte d’un certain talent.