My Buenos Aires : Guide de la scène artistique PDF

My Buenos Aires : Guide de la scène artistique PDF forward this error screen to cloud1. Please forward this error screen to cloud1.


La maison rouge poursuit son cycle d’expositions dédié aux villes. Après Winnipeg et Johannesburg, elle dresse un portrait de la séduisante Buenos Aires. Explorant l’originalité et la richesse de la ville à travers son art contemporain, des historiens et critiques d’art, commissaires d’exposition, artistes… ont contribué à cet ouvrage, qui peut être consulté à la fois comme un catalogue d’exposition et comme un guide de voyage. Si la troisième ville d’Amérique latine partage avec d’autres mégalopoles certaines caractéristiques – la circulation automobile dense et les inégalités sociales exacerbées -, elle conserve, à l’abri des jacarandas qui jalonnent ses avenues, l’extraordinaire capacité de se réinventer et de manifester sans complexes, parfois même avec force, l’urgence d’un vivre mieux. Ce n’est pas une illustration de la ville que les commissaires, Paula Aisemberg et Albertine de Galbert, proposent au public, ni un palmarès des artistes argentins, mais bien une sensation, une expérience des dynamiques à l’oeuvre dans la capitale argentine. A travers les oeuvres de 65 artistes, issus de quatre générations, My Buenos Aires est une déambulation labyrinthique, une invitation à s’engouffrer dans le mystère de la ville sans tenter de le résoudre.

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Bien accueilli par la presse musicale, le disque est également un franc succès commercial, se plaçant sur les podiums des ventes de plusieurs pays dont les États-Unis où il est certifié septuple disque de platine par la RIAA. MTV Video Music Awards 1992, ainsi que le Grammy Award de la meilleure prestation hard rock en février 1993. Les Red Hot Chili Peppers en font la promotion avec une tournée d’abord nationale avec Pearl Jam et The Smashing Pumpkins moins d’un mois après sa sortie jusqu’à la fin d’année. Homme avec une longue barbe grise portant un t-shirt blanc. Rick Rubin accepte d’être le producteur pour cet album. En avril 1990, après sept ans de contrat avec EMI, une clause leur permet de changer de label bien qu’il leur reste trois albums à produire.

Les négociations se limitent à Warner Bros. Kiedis et Flea pour les féliciter de cette signature même si c’est chez un concurrent et le chanteur explique que c’est  le gars le plus sympa et le plus sincère qu’ils ont rencontré durant les négociations, il l’a personnellement appelé pour les encourager à faire un bon album pour une entreprise concurrente. Epic, le groupe reconsidère sa décision suite à cet appel et décide de s’engager avec la Warner. Le producteur et Kiedis travaillent aussi ensemble sur les paroles, évoquant les thèmes qu’ils souhaitent aborder, et écartent de fait celles à portée socio-politique.

Rubin souhaiterait que le chanteur parle de filles et de voitures, mais Kiedis rétorque que  ça a déjà été fait. Il lui fait part de la qualité du texte et lui expose l’idée de s’en servir. Rubin lui répond qu’il devrait le montrer aux autres pour voir ce qu’ils en pensent. Ce qu’il fait quelques jours plus tard alors qu’ils attendent Flea.

Après cette très longue période de composition et de répétition, ils se sentent prêts à enregistrer. Laurel Canyon, sur les hauteurs de Los Angeles, dans lequel a vécu le magicien Houdini. Frusciante ironisant :  bien sûr qu’il y a des fantômes, mais ils sont bienveillants. Confinés pendant plus de trente jours dans le manoir, ils peuvent se concentrer la réalisation de l’album sans distractions. Ils choisissent de documenter l’enregistrement et engagent pour cela Gavin Bowden, que Kiedis et Flea ont rencontré lors d’un voyage en Europe avant leur premier album et qui s’est depuis marié à la sœur de Flea. 4 septembre 1991 mais la première radio ciblée au Texas par Warner Bros. Cependant, lors d’un concert auquel assistent plusieurs représentants de Warner Bros.