Paroles d’Algérie : Lettres de torturés (1954-1962) PDF

Algérie coloniale dans une formation paramilitaire, une harka. Harki désigne par extension paroles d’Algérie : Lettres de torturés (1954-1962) PDF partie des supplétifs engagés dans l’armée française durant la guerre d’Algérie sans avoir le statut de militaires.


Automne 1954, Toussaint rouge. C’est le début d’une guerre qui ne dit pas tout de suite son nom et ne montrera son vrai visage, celui de la torture, qu’après de plus longues années encore. Mais tandis que, sur le territoire algérien, les peuples se déchirent, des voix s’élèvent déjà pour raconter et nommer l’horreur. Psychologique, corporelle, la torture est une arme de guerre utilisée par tous les camps. Dès 1954, soldats et victimes écrivent à la justice et aux journaux. Militaires ou simples civils, ils témoignent. Soucieux de dire, de dénoncer, de faire savoir, de briser le silence, les auteurs de ces lettres remplissent avec exemplarité leur rôle de donneurs d’alerte. Cinquante ans après la guerre, ces textes, issus principalement des archives du Monde, remontent à la surface et témoignent, à leur tour, de la vigilance et de l’indignation.

Les  harkas , formations très mobiles, sont d’abord employées localement pour défendre les villages, puis constituées en commandos offensifs sous la responsabilité d’officiers français. La France s’engage à accueillir tous les harkis et leur famille rapprochée après la guerre d’Algérie, mais revient sur l’engagement à la suite des accords d’Evian. Seuls 42 500 harkis trouvent finalement refuge en France métropolitaine. Les harkis et leurs descendants représenteraient en 2012 entre 500 000 et 800 000 personnes en France. Les présidents français, à partir de Jacques Chirac, s’expriment publiquement sur l’abandon des harkis par la France.

Un harki désigne, au sens strict, un individu servant en Algérie coloniale dans une formation paramilitaire, une harka. Les harkis naissent en 1830, lorsque des tribus de pays colonisés prêtent allégeance à la France. Algérie aux côtés des unités métropolitaines. Article détaillé : Harkis pendant la guerre d’Algérie. Une définition des harkas naît en mai 1957 dans une note de service du 5e bureau de l’état-major du commandement supérieur interarmées :  La harka est une formation levée pour des opérations déterminées et pour un temps limité.