PAYSAGES D’ARCHITECTURE 1886 – 1986 PDF

La peinture de paysage du romantisme tardif exalte souvent les PAYSAGES D’ARCHITECTURE 1886 – 1986 PDF naturels grandioses, sauvages, montagneux, et les panoramas. Estes Park, Colorado, Whyte’s Lake, Albert Bierstadt, 1877.


La peinture de paysage est un genre pictural figuratif qui représente le paysage. Associé à d’autres éléments, narratifs, allégoriques ou autres, le paysage se retrouve dans le monde romain antique, les miniatures du Moyen Âge occidental, ainsi que dans la miniature persane et la peinture indienne. La théorie distingue les paysages composés, qui visent à produire l’impression que donne une contrée par la composition picturale d’éléments qui s’y trouvent, et les  vues  qui présentent ce qu’on voit dans un site particulier. Scène de l’Odyssée dans un paysage marin. Paysage égyptien avec un petit temple.

Dans l’antiquité grecque et romaine, le paysage n’est peint que comme fond ou environnement destiné à mettre en contexte une scène principale. La peinture de la Grèce antique semble n’avoir qu’évoqué discrètement le contexte naturel d’une scène centrée sur l’action des dieux, des héros ou des hommes. Avant cette découverte la peinture de paysage semblait avoir été « inventée » par les Romains, plus tardivement. L’art étrusque, par exemple, ne le fait que rarement apparaitre, comme dans la Tombe des Chasseurs de la nécropole de Monterozzi où l’on voit la perspective du paysage au-delà des tombants d’un dais. Cela semble correspondre à la tradition du paganisme, où chaque lieu naturel, ici un fragment de paysage  mythologique , est hanté par des dieux spécifiques. Ceci pourrait aussi s’appliquer à la représentation de jardins, mais on manque, ici, d’indice probant. Une évolution du goût s’y manifesterait.

Lucrèce et Tibulle, âge d’or que l’époque d’Auguste a permis, un temps, d’espérer. Travaux des champs : mois de mars, château de Lusignan à l’arrière-plan. Durant tout le Moyen Âge chrétien, le paysage n’est conçu que comme œuvre divine et sa représentation fait référence à son créateur. Néanmoins ils servent encore de faire-valoir à une scène religieuse ou allégorique, voire à un portrait.

Pinacothèque nationale de Sienne, deux petites peintures sur bois, qu’on date généralement de 1338 ou 1339, sont considérées comme les premiers  paysages purs  de l’histoire de la peinture occidentale, à une époque où le paysage est déjà un genre noble à part entière et depuis longtemps en Chine. Dès avant la Renaissance, le paysage sert parfois à exprimer les doctrines politiques. C’est le cas dans l’ Allégorie et effets du Bon et du Mauvais Gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti en 1338-1339. Saint François au désert, Giovanni Bellini, v. Les peintres de la lagune de Venise, au premier rang desquels Giovanni Bellini, découvrent, avec la peinture à l’huile, la possibilité d’unifier le tableau moins par la géométrie perspective, que par la lumière colorée, avec les couches de glacis superficielles.

Mais le motif du paysage-Création est bien antérieur à ce tableau. Annonciation peinte par Fra Angelico au couvent San Marco. Huile sur toile, 82 x 73 cm. Songe de Poliphile, lorsque le héros découvre, dans sa quête de l’Antiquité, Vénus allaitant Cupidon avec ses larmes. Pays-Bas où la Réforme protestante interdit les images dans les églises. Le paysage, les scènes pastorales, sont alors achetés sur les marchés, et collectionnés. Ces styles de paysage diffèrent par l’aspect général des sites ainsi que par la nature des figures et des constructions humaines qui s’y trouvent, les fabriques.

Les peintres s’orientent vers l’un ou l’autre style selon leur tempérament. La peinture de paysage présente pour l’artiste, écrit-il, beaucoup d’attraits, à cause de la diversité des formes et de la complexité de la perception de l’espace. Un paysage mixte ou vue composée comporte des parties observées et d’autres inventées. La beauté idéale, en contrepartie, a moins de réalité. C’est la catégorie qui comprend à la fois les meilleurs paysages, et les pires. Dans le paysage héroïque se trouve représentée une nature idéale, grandiose, domptée par l’Homme. Le paysage pastoral ou champêtre propose une vision plus naturaliste et humaniste, de l’harmonie entre l’Homme et la nature avec Jacob van Ruisdael et Jan Van Goyen.

En général, celle-ci est grandiose, abondante et sauvage, représentée souvent lors de tempêtes et d’orages. Le paysage topographique, ou vue, qui représente nécessairement un lieu précis et identifiable, avec une nature présentée de manière plus humble et détaillée, en tout cas plus proche de la réalité observée. Cette pratique pré-photographique, qui se retrouve dans l’Europe entière, a été soulignée chez des historiens de la photographie. Paysage avec rivière, Annibale Carracci 1590.

Vue d’Anvers avec la Schelde gelée, Lucas van Valckenborch 1593. Vue de Tolède, El Greco 1596-1600. Paysage à l’embarquement de Sainte Paula à Ostie, Claude Gellée, 1639-40, H. Scène de montagne, Paul Bril v.