Pratiques psychologiques : Enjeux éthiques et déontologiques PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Le coaching pratiques psychologiques : Enjeux éthiques et déontologiques PDF le métier de l’accompagnement du dialogue entre le client et son coach. Elle permet au client, par la co construction de ces échanges, de trouver sa solution, c’est à dire, celle la plus adaptée à sa situation, capacités, croyances, enjeux ou situation. Quels enjeux déontologiques pour la relation de coaching ?


L’interrogation éthique traverse toute la pratique quotidienne des psychologues et ce quel que soit le lieu, quel que soit le lien d’appartenance professionnelle. Ils se confrontent nécessairement à l’autre, à sa souffrance, à sa vulnérabilité. Cet ouvrage constitue un recueil de réflexions sur ces questions par différents praticiens et chercheurs de la psychologie. Chaque auteur a accepté de livrer sa réflexion sur les enjeux éthiques et déontologiques dans le champ de l’exercice de sa pratique professionnelle, dans un contexte social de crise et de perte de repères (valeurs, normes…). Qu’est-ce qu’ils ont à dire de l’éthique aujourd’hui dans leur engagement professionnel ? Dans les différents secteurs d’activité où ils exercent ? Qu’est-ce qu’ils ont à dire de la déontologie ? En quoi cela concerne-t-il la façon dont ils font référence à la psychanalyse, au cognitivisme, à la psychologie humaniste, à la systémique ? Quelles pourraient être les conclusions ou plutôt les recommandations requises pour parler de l’éthique d’une profession, pour parler de l’éthique des psychologues ?

Le mot  coaching , désigne une activité orientée vers l’accompagnement et l’épanouissement de la personne coachée. Les différentes activités sont dirigées par une personne appelée coach. Le coaching est apparu aux États-Unis au début des années 1960. L’usage du mot coaching est apparu en France et en Europe au milieu des années 1990, en provenance d’Amérique du Nord. Le mot  coaching  désigne un processus pédagogique d’apprentissage. Les précurseurs de cette approche, Tim Gallwey et John Whitmore ont décrit leurs méthodes d’accompagnement spécifique dans le monde du sport dès les années 1980 en évoquant  the inner game .

En 2016 apparait en France le E-coaching. C’est un changement profond qui apporte de nouvelles perspective sur les techniques d’enseignement. 1995 aux US a ouvert un chapter France en 2002. On parle aussi d’accompagnement opérationnel ou encore d’accompagnement personnel au changement, hors de la sphère strictement professionnelle. Le coaching se distingue clairement du mentorat par le positionnement. Le mentor est généralement un supérieur hiérarchique, a un rôle de guide, et agit dans le cadre de fonctions plus spécifiées. PNL, l’Analyse transactionnelle, les neurosciences cognitives ou la Gestalt-thérapie.

Tandis que le mentorat est suppose de la part de l’accompagnant une position haute, un statut de guide. La confusion entre ces deux types d’accompagnement est induite par la traduction officielle du terme  coaching  qui est devenu dans sa francisation  mentorat . Cependant, la philosophie est l’une des racines du coaching, dans la mesure où elle est un exercice autonome de la raison, même quand celle-ci est guidée par le dialogue ou par la maïeutique socratique. Il concerne les groupes pas nécessairement finalisé par un but commun, pour des objectifs de coaching souvent mixtes. Par abus de langage, le mot  coaching  est également utilisé dans les situations de conseil ou de formation. Il ne s’agit pas alors de coaching à proprement parler.

Il est essentiel de savoir à quel type de coach on a affaire. Les bénéfices sont cependant souvent supérieurs lors d’un coaching totalement centré sur la personne coachée et ses ressources car les changements viendront vraiment de lui. Comme la psychothérapie, le travail de coaching peut s’effectuer en combinaison avec d’autres méthode, par exemple psychothérapie cognitivo-comportementale, PNL, psychanalyse, etc. Les écoles de coaching délivrent les attestations liées à l’obligation due aux organismes de formation légalement déclarés en préfecture. Elles délivrent leur certification et diplôme, sous forme de titre professionnel, qui attestent du niveau des élèves ou stagiaires. Des accréditations privées ne faisant pas office de certification car n’ayant aucune homologation de l’état dans le domaine sont délivrées par des syndicats professionnels. Les universités proposent des cursus dans lesquels la théorie l’emporte souvent sur la pratique et l’opérationnel.

Linkup Coaching, la Haute École de Coaching, ESA Coaching ou ICN Nancy délivrent une certification de Coach Professionnel reconnue par l’État, inscrite au Répertoire National des Certifications Professionnelles RNCP à niveau 1 – équivalent Master 2. Souvent, la pratique et l’opérationnel l’emportent sur la théorie. Quoi qu’il en soit, seules les formations s’appuyant sur la pluridisciplinarité des sciences humaines et articulées dans une formation-action permettent aux coaches d’ancrer leur pratique dans une expérience réelle et de mobiliser dans une démarche globale, approches, méthodes et outils en tenant compte de la problématique de l’accompagné sans plaquer une méthode de façon mécanique. Autrefois apanage des élites, des hauts dirigeants puis des hauts potentiels, le coaching se popularise progressivement et le  middle management  peut désormais en bénéficier dans un certain nombre de structures et de cas. Ce milieu lui reconnaît une efficacité et des résultats rapides. Le coach doit savoir repérer et maîtriser les processus relationnels, c’est-à-dire la façon dont des relations s’établissent et se développent en fonction d’objectifs conscients ou inconscients.

Il doit avoir une déontologie, l’afficher, et la respecter. Elle doit être remise avec chaque contrat de coaching, sinon elle devrait être réclamée par la personne coachée. Il doit avoir fait un important travail de développement personnel afin de ne pas se laisser entraîner dans ses propres  zones d’ombre  lors du coaching. Plus le coach a de l’expérience du coaching et continue à se former, mieux cela est. Pourtant, les disciplines qui vont permettre le diagnostic ne sont pas équivalentes, à la fois par la philosophie qui les sous-tend, et par la pertinence des techniques d’intervention employées. Une dimension de formateur permet en outre d’enseigner au  coaché  certains concepts, ce qui s’avère parfois très utile.