Revue des Musees de France 2004 N 1 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Le ministère est traditionnellement appelé, d’après son adresse principale,  rue de Valois . Auparavant, ces fonctions étaient exercées par un ministre, un secrétaire d’État ou un directeur des Beaux-Arts dépendant revue des Musees de France 2004 N 1 PDF ministère de l’Instruction publique.


Franck Riester est ministre de la Culture depuis le 16 octobre 2018. Article détaillé : Liste des ministres français de la Culture et de la Communication. Le Palais-Royal, où se trouvent les bureaux et les salons d’honneur du ministère. L’intervention de l’État dans le domaine des arts et des lettres a toujours été forte en France. Entre le 27 janvier et le 28 août 1870, un ministère des Lettres, Sciences et Beaux-Arts est mis en place, avant que ses attributions ne soient rattachées au ministère de l’Instruction publique. En 1881, le gouvernement Léon Gambetta instaure un ministère des Arts qui ne vivra que quelques mois.

La Troisième République favorise l’éducation et la diffusion, avec les bibliothèques et les musées et crée la direction générale des Beaux-Arts du ministère de l’Instruction publique. Le ministère des Affaires culturelles est né en France avec la Cinquième République. Il vous sera utile de garder Malraux. Taillez pour lui un ministère, par exemple, un regroupement de services que vous pourrez appeler  Affaires culturelles .

Malraux donnera du relief à votre gouvernement. Gaulle de signifier que le rayonnement mondial de la France devait se faire aussi par la culture. La politique culturelle du ministère est définie comme un désir de démocratisation de la culture, même si André Malraux n’a jamais employé ce mot. Il s’agit moins de faire venir tout le monde à la culture, que de permettre à tous ceux qui le désirent, d’y accéder. L’autre grande caractéristique de la politique malrucienne est son refus des dispositifs pédagogiques. Pour lui, l’action culturelle doit être fondée sur le  choc artistique , qui consiste à croire aux qualités intrinsèques de l’œuvre pour procurer une émotion au public, sans qu’il y ait besoin de médiation.