Rumeurs de haine PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Il gagna une audience certaine à la suite de ses nombreux débats autour de l’islam. Leurs rumeurs de haine PDF actuelles sur Internet sont nombreuses. Ahmed Deedat naquit au Gujarat en Inde, en 1918.


Jeune, belle, docteur en médecine, Taslima Nasreen connaît déjà la notoriété au début de ces années 90 qui vont marquer un tournant dramatique dans sa vie. Une notoriété qu’elle doit tout autant à ses débuts flatteurs en poésie qu’à son indépendance scandaleusement affichée dans un pays, le Bangladesh, peu ouvert aux revendications féministes. Très vite, l’exercice routinier de la médecine et les incohérences du milieu médical ennuient Taslima, avide d’autres horizons. L’écriture lui offre l’occasion de s’exprimer et de sortir d’un cercle professionnel étriqué. Poète, elle devient bientôt aussi chroniqueuse de presse dont le ton nouveau, l’esprit de liberté et l’irrévérence séduisent rapidement un abondant lectorat.Mais ce succès lui vaut des ennemis farouches, notamment dans les milieux conservateurs et fondamentalistes. Les « progressistes » sont loin de la soutenir : électron libre, elle dérange tout le monde. Sa célébrité naissante génère des jalousies, ses adversaires se font violents et haineux. Certains de ses livres sont brûlés, elle est molestée, interdite de Foire du Livre à Dhaka. Après la parution de Lajja – un roman-vérité écrit à la hâte qui dénonce les persécutions contre la minorité hindoue du pays –, des dizaines de milliers de manifestants réclament sa mise à mort. Son livre est interdit. Tombe alors, comme un couperet, la fatwa lancée par un obscur mollah de Sylhet. Bientôt sous le coup d’un mandat d’arrêt, Taslima est désormais une hors-la-loi dans son propre pays, sans autre ressource que de s’enfuir vers la Suède, la liberté, mais aussi l’exil et l’errance…

En 1936, travaillant alors comme vendeur dans un magasin de meubles, des missionnaires chrétiens vinrent le voir pour le convertir. Ces missionnaires lui posèrent des questions au sujet de l’islam auxquelles il ne put répondre. Ils lui dirent aussi que le prophète de l’islam Mahomet utilisa l’épée pour propager sa religion, ce qui le choqua. Il se décida alors à approfondir sa connaissance de l’islam. Son incursion dans les études bibliques prit un tour décisif lorsqu’il prêta attention aux classes d’études islamiques d’un certain Fairfax, un chrétien converti à l’islam.

Voyant le succès des classes, Fairfax ajouta des cours de lecture biblique, doublés de leçons sur la manière de convertir les chrétiens. La première conférence d’Ahmad Deedat fut : Muhammad : Messager de la Paix, donnée en 1942 à Durban devant un auditoire d’une quinzaine de personnes. Il était alors âgé de 24 ans. Parallèlement, il organisa des visites guidées à la mosquée de Jumma, à Durban. La grande mosquée de Jumma devint alors un site touristique de Durban, avec un programme spécifique : des déjeuners, des discours et des questions afin de faire connaître l’islam.

En 1954, Ahmad Deedat entame une carrière de conférencier et d’écrivain sur l’islam. En 1956, le travail de prosélytisme au sein de la mosquée de Jumma paie, et les demandes de renseignements au sujet de l’islam deviennent très importantes. Il apparaît que le travail au sein de la mosquée ne suffit plus à répondre à cette demande en littérature islamique. Ahmed Deedat devint son président et le resta jusqu’en 1996. Avec ses organisations pour la formation de futurs intellectuels islamiques, Deedat s’engagea dans un vaste éventail d’activités au cours des trois décennies suivantes.