Souvenirs de Solférino PDF

Napoléon III à la bataille de Solférino par Jean-Louis-Ernest Meissonier. La bataille de Solférino a eu lieu le 24 juin 1859 durant la campagne d’Italie. Après la victoire de Magenta, l’souvenirs de Solférino PDF d’Italie se tourne vers l’Est pour poursuivre l’ennemi.


Présent, par hasard, sur le champ de bataille de Solférino en 1859, Henry Dunant est horrifié par le carnage dont il est témoin, et par le sort des quarante mille blessés et mourants abandonnés dans la boue sans assistance. Immédiatement, il organise des secours avec l’aide des paysans locaux, sans distinction de nationalité pour l’assistance apportée aux blessés. A la suite de cette expérience, il formule trois propositions. : la création de sociétés de secours pour apporter de l’aide aux blessés en temps de guerre, le recrutement et la formation d’ infirmiers reconnus par les armées et un «un principe international, conventionnel et sacré» dans un texte officiel signé par les états : la première convention de Genève. Ce petit livre qui, entre horreur et compassion, a lancé une révolution humanitaire ne pose qu’une question, ne lance qu’un seul défi aux puissances temporelles et aux citoyens : «N’y aurait-il pas moyen, pendant une époque de paix et de tranquillité, de constituer des sociétés de secours dont le but serait de faire donner des soins aux blessés, en temps de guerre, par des volontaires zélés, dévoués et bien qualifiés pour une pareille oeuvre ?». Depuis 150 ans et avec la création de la Croix Rouge, cette question a fait son chemin avec le succès que l’on sait ; peut-être serait il temps de la poser sur d’autres sujets…Après tout, comme le disait Henry Dunant : « Seuls les fous qui croient pouvoir changer le monde y parviennent ».

La progression est ralentie par les destructions opérées par les troupes autrichiennes et par les pluies incessantes. Dans la matinée du 23 juin, l’empereur d’Autriche ordonne à ses troupes de se tourner vers l’ouest. Ces dernières regagnent la rive droite du Mincio, où elles reviennent occuper les positions abandonnées quelques jours auparavant. Contrairement aux espérances des Autrichiens, grâce à l’efficacité du génie français, le gros de l’armée franco-sarde a déjà traversé le Chiese, au cours de la journée du 22 juin.

Les combats des patrouilles de reconnaissance qui se produisent tout au long de la journée convainquent les Autrichiens qu’ils ont intercepté les premières avant-gardes franco-sardes et ceux-ci pensent avoir établi le contact avec l’arrière-garde autrichienne, tout comme à Melegnano. En fait, les deux armées sont déployées sur deux lignes parallèles très proches l’une de l’autre et qui s’étend du nord au sud sur 20 km. Le rapport du général français Camille de Rochefort à son commandant Adolphe Niel, qui atteste le début des combats à 4 heures moins 10 minutes le 24 juin 1859. Selon le plan établi, à l’aube du 24 juin, l’armée franco-sarde se déplace vers l’est afin de se déployer le long de la rive droite du Mincio. Après quelques kilomètres, inévitablement, les colonnes franco-sardes entrent en contact, les unes après les autres, avec les troupes autrichiennes, fortement implantées précisément à Solferino, Cavriana, Medole, Guidizzolo et Pozzolengo. L’absence de plan de bataille ordonné, l’équilibre des forces en jeu et la détermination féroce des deux camps sont les principales causes de l’énorme carnage. De nombreux combats se déroulent à Medole, Solferino et San Martino qui correspondent, respectivement, aux secteurs sud, central et nord d’un vaste front.

Au cours de la marche qui doit le conduire à Guidizzolo, en passant par le village de Medole, le 4e corps d’armée français affronte un régiment avancé de la Ire armée autrichienne. Autrichiens, provoquent dans les deux camps la perte de 14 279 hommes. Plan de la bataille de Solférino. Grole sur le territoire de Castiglione delle Stiviere. Une demi-heure plus tard, le IIe corps d’armée français, commandé par le maréchal Patrice de Mac-Mahon, rencontre les divisions austro-hongroises postées au hameau de Ca’ Morino sur le territoire de Medole.

Solferino est arrachée au Ve corps d’armée de Stadion, en début d’après-midi, et le déploiement français se poursuit pour conquérir Cavriana. Là, il rencontre également une forte résistance de la part du Ier corps d’armée du maréchal autrichien Clam-Gallas. Comme l’indique le rapport du général Regnault de St. Le 2e régiment étranger, aux ordres du colonel Signorino, participe à la campagne d’Italie. Le 24, les légionnaires se déplacent en direction de Mantoue. Les premières salves d’artillerie des vedettes ennemies sont tirées. En début d’après-midi, sous une chaleur accablante, les légionnaires et les zouaves prennent Cassiano.

Le maréchal de Mac-Mahon donne l’ordre aux compagnies de tirailleurs de la Légion de se déployer pour permettre la mise en place de l’artillerie au centre de la bataille. Comme pour la campagne de Crimée, l’armée d’Afrique fut appelée à fournir un contingent pour la campagne d’Italie. Article détaillé : Bataille de San Martino. Cette bataille fut remportée le 24 juin 1859 par le général Philibert Mollard. La formation autrichienne, en nette infériorité numérique, est déployée sur des positions dominantes.

Bataille de Solférino, 24 juin 1859: Napoléon III ordonne au futur maréchal Regnaud d’engager le combat avec la garde impériale. L’armée française est un extraordinaire instrument de guerre composée principalement de combattants expérimentés et équipée d’armes modernes et efficaces. Mais ce ne sont pas les seules raisons de la supériorité française. L’armée de Savoie était affligée de défauts qui causèrent des résultats décevants au cours des affrontements.