Toutes les familles sont psychotiques PDF

Cet article sert régulièrement de base à des conférences. Novembre 2002, toutes les familles sont psychotiques PDF désormais disponible en ligne ICI. De graves atteintes narcissiques Tout échec, chez qui que ce soit, et de quelque type qu’il soit, implique, presque par définition, une « atteinte de l’image de soi ». Mais l’échec scolaire tend à aggraver ces réactions habituelles, pour quatre raisons au moins.


Une saga familiale au parfum de soap-opéra déjanté réunit en Floride trois générations d’allumés à l’occasion du départ imminent de la benjamine à bord d’une navette spatiale. Ce qui devrait être une sympathique réunion tourne à l’imbroglio où se mélangent, en un après-midi, chantage, coups de feu et kidnapping… et tout ce que cela peut donner quand les choses empirent… Douglas Coupland a écrit ici une parodie géniale et hilarante mais aussi touchante, profonde, en un mot, intelligente. Outre la réussite d’un véritable exploit littéraire, celui de tenir autant de personnages réels et forts dans une dynamique aussi rocambolesque sans perdre une minute le fil de l’intrigue, jamais il ne tombe dans les pièges du ridicule, de la farce, du pathos ou du cynique. Il nous donne en fait à lire un portrait de notre société, de nos angoisses, de nos rêves. Le tableau satirique de cette famille est empreint d’une tendresse qui fait de ce roman un viatique pour survivre aux conflits de la famille occidentale moderne. En embrassant trois générations – celle de Janet et Ted, celle de Sarah, Nicki et Wade et celle de Shw (née en 1982)-, Toutes les familles sont psychotiques se présente comme une saga moderne. Mais ce roman est surtout une réflexion hilarante sur la condition humaine et les liens familiaux.

Autrement dit, l’enfant est narcissiquement dépendant, dans des proportions bien plus grandes que l’adulte. L’échec est précoce Les enfants qui réussissent mal à l’école, même ceux qui n’échouent pas dans les classes de l’enseignement spécialisé, sont presque toujours en grande difficulté dès le Cours Préparatoire. Voir sur ce point les études ministérielles sur les corrélations entre la scolarité en Cours Préparatoire et la réussite au Lycée. L’échec scolaire n’est probablement que très exceptionnellement le fruit de « circonstances malheureuses ». Peu de « hasards » ici : ce sont les plus « fragiles » qui échouent. L’école est au cœur des valorisations des enfants Enfin, aujourd’hui, dans nos sociétés développées, la scolarité est devenue, dans presque tous les milieux, la tâche essentielle des enfants : on demande d’abord à un enfant de « bien travailler à l’école ».

Le plus souvent, même, on ne lui demande que cela. Le travail scolaire est ainsi devenu sa plus importante source de reconnaissance, sinon la seule. Il consiste à effacer les traces conscientes de ces pulsions ou tentations. Le simple refoulement ne peut guère jouer ici, car les pulsions internes ne sont pas directement en cause. L’enfant, lui, tend à « agir » ses régressions. Il ne se réfugie pas mentalement dans des souvenirs agréables, comme le fait parfois l’adulte, et plus souvent encore la personne âgée. Il actualise dans des conduites ces situations antérieures.