Traité d’anatomie descriptive. Tome 3 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La scène montre une dissection publique dans un théâtre anatomique inspiré de structures réelles. L’identification des personnages est l’objet de discussions entre spécialistes. Considéré  comme l’un des plus beaux livres du monde , c’est l’ouvrage fondateur de l’anatomie moderne, et qui participe aussi à de nouvelles représentations de traité d’anatomie descriptive. Tome 3 PDF’homme et du vivant.


Traité d’anatomie descriptive par Xav. Bichat. Tome 3 / … Nouvelle édition
Date de l’édition originale : 1812

Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Renaissance italienne, la pratique plus répandue des dissections humaines entraine plus souvent des corrections partielles du savoir antique. Le sens de l’observation tend à prendre le pas sur le respect des textes d’autorités. Renaissance, et le retour aux sources antiques originales, tel que les textes grecs de Galien. Fabrica, le plus grand traité d’anatomie depuis Galien, et son Epitome ou Résumé pour les étudiants en médecine.

En automne 1543, Vésale quitte l’université de Padoue et entre au service de l’empereur, mais attaqué par de nombreux galénistes, dont Jacobus Sylvius, l’un de ses anciens maîtres à Paris, il abandonnera ses recherches et brûlera ses manuscrits et livres. La page de titre porte une gravure sur bois, représentant une scène de dissection publique avec, en frontispice, le portrait de l’auteur. Ces paysages forment un panorama continu, qui se révèle lorsqu’on réunit les planches 1, 2, 6, 5, 4 et 3. Vésale aurait choisi le latin fabrica de Cicéron qui rend parfaitement compte du grec kataskeuè de Galien, désignant à la fois une fabrication et son résultat. Le corps humain est le résultat d’une fabrication, celle de la Nature qui agit avec une volonté et des intentions. Pour Vésale, le corps humain est l’œuvre d’un sage artisan habile et talentueux. La scène de la page de titre a fait l’objet de discussions entre spécialistes pour en saisir la signification et identifier les nombreux personnages représentés.

Au centre se trouve un cadavre féminin de grande taille, avec l’abdomen grand ouvert jusqu’au bas ventre. Celui qui dirige la dissection, à gauche du cadavre, avec ses instruments posés sur la table, est Vésale lui-même. Il désigne du doigt l’utérus mis à jour. Le squelette de la mort indique lui-même que ce lieu de la femme est celui de la génération et de la vie. La génération est le subterfuge qui permet à l’humanité d’échapper sans cesse à la mort. L’illustration est ainsi centrée sur un cadavre féminin, au moment même où l’anatomiste, tournant son regard vers nous, désigne l’utérus d’une main et le squelette de l’autre. C’est la première étude complète de l’anatomie du corps humain.

Le premier livre détaille les os et les articulations en 40 chapitres. Plusieurs erreurs de Galien sont corrigées. Il est moins précis que les précédents, car Vésale reste influencé par les idées physiologiques de Galien. Le quatrième livre traite la moelle épinière et le système nerveux périphérique en 17 chapitres. Là encore, Vésale suit la classification de Galien qui ne compte que 7 paires de nerfs crâniens. Le cinquième livre concerne les organes digestifs, abdominaux et génitaux.

Ici Vésale corrige Galien qui distinguait cinq lobes du foie, cela n’existe que chez certains animaux. Lettrine de la fabrica décorée d’une vivissection d’un porc. Le sixième livre étudie les organes intra-thoraciques. Il émet des doutes sur le caractère perméable de la cloison interventriculaire du cœur, mais il accepte encore l’autorité de Galien. Le déni sera plus explicite dans la deuxième édition de 1555. Vésale corrige Galien, en confirmant la non-existence du rete mirabile chez l’homme, qui n’existe que chez certains animaux. Le dernier chapitre traite de la vivisection animale.

Vésale montre les mouvements autonomes du cœur, l’isochronisme entre ses battements et ceux du pouls. Il pratique l’intubation trachéale chez l’animal, etc. Le travail des illustrations a été attribué à plusieurs artistes, dont Vésale lui-même, Jan Calcar, des élèves du Titien, voire du Titien lui-même et même Léonard de Vinci. Les données historiques les plus fiables font apparaître que c’est Jan Calcar qui est l’auteur de la plupart des illustrations. Les gravures sur bois ont été faites à partir de bois de pommier, poirier, hêtre et érable. Après la mort d’Oporin en 1568, les bois originaux se retrouvent en possession d’un imprimeur d’Augsbourg.